Les artilects et les humains
Les robots sont notre quotidien
Et c'est Cheetah que voilà
Avec 45 kilomètres à l'heure, déjà
Et aussi Atlas, le soldat robot
Qui partout peut se déplacer
Ainsi qu'Asimo
L'automate androïde
Que les militaires trouvent beaux
Pour mettre en boîte les contestataires!
Et laisser l'adversaire livide
C'est la robotique
Qui à l'humain se croit bénéfique
Comme le professeur
Hiroshi Ishiguro, son assesseur
Qui au Japon, fait fureur
Ce sont des métagraphies technologiques
De la propagande influentielle, si mécanique
La circumnavigation industrielle
Au loin, chasse les ménestrels
A quelques mètres de chez nous
Des gens s'étiolent de faim
A quelques immeubles de nous
Des gens vivent de rien
A quelques idées de nous
Des gens se minent de chagrin
Derrière toutes les fenêtres
La lueur des vies qui s'épuisent
Partout, se respire, le mal-être
De toutes les vies humaines, en crise
Tout ce qui est dans l'univers
Et peut-être dans le multivers
Se retrouve dans l'humain et dans le vers
Ainsi, l'humain est un corps
Qui est plaqué d'un peu d'or
Pas autant que feu ( 1499 ou 1500-1566 ) Diane de Poitiers
Qui en mangeait beaucoup, pour conserver sa beauté
Et même avec nos cheveux, c'est marrant
L'on peut faire de beaux diamants
Ce qu'a déjà fait l'ancien footballeur Pelé
Du football, qui fut une grande majesté
Comme dans tout esprit humain
Il y a un peu d'anarchisme
Il y a un peu de fascisme
Il y a un peu de nazisme
Il y a un peu de monarchisme
Il y a un peu de stalinisme
Il y a un peu de capitalisme
Et même un peu de communisme
Car si le corps
Qu'il soit faible ou fort
A d'innombrables composants chimiques
L'esprit a des fondements psychologiques
Toutes les drogues
Sont dans tous les corps
Que l'on retrouvent à la morgue
Pour un poids moyen, 0,2 milligramme d'or
43 kilos d'oxygène
16 kilos de carbone
7 kilos d'hydrogène
Et tant d'autres choses, si bonnes
Tout ce qui est sur Terre
N'est que de l'énergie solaire transformée
Toute créature vivante
Est un soleil qui s'évente
De l'animé à l'inanimé
De la pierre, à la peau, qui peut respirer
C'est le théâtre d'une chimie amusée
Les êtres humains
Et ce n'est, ni mal, ni bien
Ne peuvent aimer ou apprécier
Que ce à quoi, ils peuvent s'identifier
Comme à ces personnages
De cinéma, sans aucun âge
Qui nous ressemblent physiquement
Où aux mêmes attitudes, psychologiquement parlant
Cela se fait inconsciemment
Et jamais, cela ne ment!
C'est une psychanalyse accélérée
Et de moindre cherté
Et que l'on peut expérimenter
Auprès de ses familiers
Et c'est ainsi
Que tout est signalisation
Et c'est ainsi
Que tout est signification
Toutes les luttes sociales
Devraient être une seule et même lutte
Pour tous et toutes, une société égale
Mais le syndicat arrive et divise, tut tut!
Car la pensée non séparée
Est contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Mais aussi, en même temps, avec toute sa bande
Pour les transports gratuits, dans le monde entier
Et au moins, au minimum, dans son propre pays
Et ce, sans attendre les jours d'anarchie
Pour un monde sans aucune arme
Et donc aussi, sans aucune alarme
Un monde sans nucléaire
Un monde sans aucune frontière
Le monde aurait déjà pu être atomisé
Lors de la crise des missiles d'octobre 1962, à Cuba
Nous en sommes les rescapés, voilà!
Le film docteur Folamour (1964 ), fut un virtuel
De feu ( 1928 - 1999 ) Stanley Kubrick, qui maintenant sommeille!
Uu monde sans travail salarié
Un monde sans activité hiérarchisée
Mais arrive le réformiste
Qui crie à l'irréaliste
Mais surgit le capitaliste
Qui hurle à l'utopiste
Et voici le révolutionnaire professionnel
Avant-garde des traîtres processionnels
Qui dit non à l'aventurisme
Qui dit non au transformisme
Certes, l'enthousiasme des idées
N'est pas la sensibilité aux choses
Et c'est ce décalage funeste
Qui jette par les fenêtres, la révolution en miettes
Nous payons des transports
En commun, qu'il faut faire l'effort
De ne pas trouver très bruyants
Et toujours bondés de gens
Toujours des wagons à bestiaux
L'on nous prend pour des idiots!
Aucune intimité; aucune fraternité
Et l'on se retrouve tout mélangé
Avec des gens, sans aucune affinité!
C'est le pousse à la voiture
Pour éviter le boucan de la roture
Les transports en commun
Ludiques, sont à inventer
Avec des compartiments
Selon les envies du moment
Ainsi
En avant, pour l'érotisme
Ainsi
En avant, pour la paraphysique
Ainsi
En avant, pour le délire
Ainsi
En avant, pour le rire
Et tout en même temps
Passant de l'un à l'autre, des compartiments
La vie deviendrait un jeu
Où plus rien ne serait ennuyeux
Tout est décidément à faire
En intérieur comme en plein air
Mais les machines et les robots
Et toutes les panoplies du sérieux
Détruisent tout ce qui est beau
Et tout ainsi, est devenu toujours vieux
C'est le temps, à qui mieux mieux
De toutes les panoplies du sérieux
Et beaucoup, parmi
Le jeune qui est révolté
Rejoindra le giron des résignés
Après avoir un peu vieilli





Patrice Faubert (2012) puète, peuète, pouète, paraphysicien, Pat dit l'invité sur "hiway.fr"







The artilects and humans
Robots are our daily
And it is here that Cheetah
With 45 kilometers per hour, already
Atlas and also the soldier robot
Which can move around
Thus qu'Asimo
The controller android
The military are beautiful
To can the protesters!
And let the opponent livid
That is robotics
That the human feels beneficial
As Professor
Hiroshi Ishiguro, the assessor
That in Japan, the rage
These are technological métagraphies
Propaganda influentielle if mechanical
Circumnavigation industrial
Away, hunting minstrels
A few meters from us
People languish in hunger
A few buildings we
People live on nothing
A few ideas we
People are undermining grief
Behind all the windows
The glow of the lives that deplete
Everywhere, breathe, ill-being
Of all human lives in crisis
Everything in the universe
And perhaps in the multiverse
Is found in humans and to the
Thus, the human body is a
That is plated with a little gold
Not as much as fire (1499 or 1500-1566) Diane de Poitiers
Who ate a lot, to preserve her beauty
And even our hair, it's funny
It can make beautiful diamonds
Already done the former footballer Pelé
Football, which was a great majesty
As in any human mind
There is a bit of anarchism
There is a little fascism
There is a bit of Nazism
There is a little monarchism
There was a little Stalinist
There is a little capitalism
And even a bit of communism
For if the body
Whether weak or strong
A countless chemicals
The spirit of the psychological foundations
All drugs
Are in every body
That we found in the morgue
Average weight, 0.2 milligrams of gold
43 pounds of oxygen
16 kilos of carbon
7 kg of hydrogen
And many other things, so good
All that is on earth
Only solar energy transformed
Every living creature
Is a sun fans
The animated inanimate
Stone, to the skin, which can breathe
This is the scene of a chemical amused
Humans
And it is neither evil nor good
Can not love or appreciate
Than what they can identify
As these characters
Cinema, no age
Who resemble us physically
Where the same attitudes, psychologically speaking
This is done unconsciously
And never, it never lies!
This is an accelerated psychoanalysis
High cost and low
And that we can experience
With its familiar
And thus
Everything is signaling
And thus
Meaning that everything is
All social struggles
Should be one and the same struggle
For everyone, an equal society
But the union comes and divides, tut tut!
For thought unseparated
Is against airport Notre-Dame-des-Landes
But at the same time, with his band
For free transportation in the world
And at least, at least in his own country
And without waiting for days of anarchy
For a world without weapons
And therefore, no alarm
A world without nuclear
A world without borders
The world has already been atomized
During the missile crisis of October 1962, Cuba
We are survivors, voila!
The film Dr. Strangelove (1964), was a virtual
Fire (1928 - 1999) Stanley Kubrick, who now sleeps!
Uu world without wage labor
A world without hierarchical activity
But sometimes the reformist
Crying to unrealistic
But the capitalist arises
Screaming at the utopian
And here is the professional revolutionary
Forefront of traitors Processional
Who says no to adventurism
Who says no to transformism
Certainly, the enthusiasm of ideas
Is not sensitive to things
And this is fatal shift
Who throws the windows shattered revolution
We pay transport
In common, it must make the effort
Not find noisy
And always packed with people
Always cattle cars
It takes us for idiots!
No privacy, no brotherhood
And it is found all mixed
With people with no affinity!
This is pushing the car
To avoid the din of commoner
Transit
Fun, be invented
With compartments
According to the desires of the moment
So
Forward to eroticism
So
Forward, to the paraphysics
So
Forward for delirium
So
Forward for the laugh
And all at the same time
From one to the other, the compartments
Life becomes a game
Where nothing is boring
Everything is definitely to
Indoor and outdoor
But the machines and robots
And all the outfits serious
Destroy all that is beautiful
And thus all became still old
It is time to outdo
Outfits of all serious
And many among
The young man who rebelled
Join the fold of resigned
After a little old





Patrice Faubert (2012) puète, peuète, pouète, paraphysicien, Pat said the guest on "hiway.fr"