Ainsi dans la langue française
Le féminin s'incline devant le masculin
Et cela n'est pas du tout anodin
Si feu ( 1628-1702 ) le prêtre jésuite Dominique Bouhours, en fit sa thèse
Et ainsi en 1676, la femme devenant eunuque
Ne mordrait plus la nuque
Ainsi l'homme, de pleine face
Ne mordrait plus la paillasse
La femme n'étant rien
De consommation, elle deviendrait un bien
De la prostitutionnalisation du tissu social
Pour que s'assouvissent les mâles
Comme dans les bordels militaires
Pendant les paix et les guerres
Et pas seulement an Asie du Sud-Est
Mais partout sur la planète
Là où sont les armées
Elles se font proxénètes
De femmes, leurs putains recensées
Par les impôts, tout est financé
Ô contribuables, pris pour idiots très bêtes
Et qui l'eut cru
Avec la complicité active de l'ONU
N'étant le complice d'aucun imposteur
Ou même d'aucun blagueur
N'aimant pas
Ni les impostures, ni les forfaitures
Je précise que Pat dit l'invité
Jamais sur scène, ne fait des simagrées
Même s'il n'est pas interdit
De m'imiter, sans m'usurper, pour être précis !
Non aux usurpateurs et aux imitateurs
Aux calomniateurs, aux déformateurs
Sauf à dire, que c'est de moi, qu'il s'agit
Et que c'est seulement, sur le site "hiway.fr", que je suis !
Et nulle part ailleurs
Ma pauvre petite personne, ne sévit !
Après toute cette vérité
Car je ne veux pas être plagié
Certes, l'on peut toujours me raconter
L'on peut me blaguer
L'on peut me jouer
De mes textes paraphysiques
Qui sont à ceux et celles, qui métaphysiques
D'une certaine façon, savent les détester ou les apprécier
Sans pour autant, se les approprier
Sans s'en moquer ou les diffamer
Alors, soit c'est de la blague
Comme à Bruxelles, dans un squat
Car à toute inhumanité, je suis de la schlague
Dans mes textes, pas vraiment baths !
Je ne tiens pas le moral des troupes
Je ne vends aucune soupe
Sans argent et sans entregent, un illustre inconnu
Par tout le monde, est fait cocu !
Comme à Fukushima, rien n'est vraiment dit
10 millions de becquerels par heure
Jamais, cela n'est fini, ils toussent les réacteurs
Le nuage radioactif, jamais ne meurt
De son passé, c'est encore aujourd'hui
Mais l'intelligence, de nos cerveaux, fuit !






Patrice Faubert (2013) puète, pouète, peuète, Pat dit l'invité sur "hiway.fr"




Thus in French
The feminine bows to the male
And it is not at all trivial
If fire (1628-1702) Jesuit priest Dominique Bouhours, made his thesis
And so in 1676, becoming the woman eunuch
Do not bite the neck more
Thus man, full face
Do not bite more bench
The woman being nothing
Consumption, it would become a good
Prostitutionnalisation the social fabric
Sate for males is
As in military brothels
During peace and war
Year and not just South-East Asia
But around the world
Where are the armies
They are pimps
Women, their whores identified
By taxes, everything is funded
Oh taxpayers taken for idiots very stupid
And who would have thought
With the active complicity of the UN
Being an accomplice to any impostor
Or even no joker
Disliking
Neither the impostures nor forfeitures
I said that Pat said the guest
Ever on stage, does affectations
Even if it is not prohibited
Imitate me, without me usurp, to be precise!
Not the usurpers and imitators
The slanderers, the deformers
Except to say that it is me, it is
And it is only on the site "hiway.fr" I am!
And nowhere else
My poor little nobody, rampant!
After all this truth
Because I do not want to be plagiarized
Of course, you can always tell me
One can joke me
One can play me
My texts paraphysical
Who are those who metaphysical
Somehow, know or appreciate the hate
Without, to appropriate
Free to mock or slander
So either this is a joke
As in Brussels, in a squat
For any inhumanity, I'm the schlague
In my writing, not really baths!
I do not morale
I do not sell any soup
Without money and interpersonal skills, an unknown
By everyone, is cuckolded!
As Fukushima, nothing is said
10 million becquerels per hour
Ever, it is finished, they cough reactors
The radioactive cloud, never dies
Its past, it is still
But intelligence, our brains leaking!






Patrice Faubert (2013) puète, pouète, peuète, Pat said the guest on "hiway.fr"