" Je ne voulais travailler nulle part, on dit que la paresse est la mère de tous les vives, moi
je trouvais que le père, c'était le travail. "

Jacques Prévert ( 1900 - 1977 )

1911
Premier bombardement aérien militaire
L'avion devient une arme de guerre
1914
Bombes lâchées à la main sur des enfants, mères, pères
Tués par l'oiseau de fer
Qui pond ses explosifs de mort
Qui détruisent l'esprit et le corps
1947
De l'autre face du miroir
Le mur du son sort du laboratoire
Dépassé, il annonce le pire
Fini le temps du rire
Bien avant 1911, toute invention
Contre l'humanité est une machination
L'ingénieur innove l'art militaire
Le technicien est sa bonne, son plénipotentiaire
1745
A cette date, naît Monsieur de Saint-George
Fils naturel de l'esclavage noir
Et de la propriété qui en fit son souloir
Bien éduqué, il devint compositeur de musique
Champion d'escrime et ami de l'éthique
Pendant la révolution bourgeoise, il fut un meneur
Pour l'idéologie bourgeoise, importait peu la couleur
De la peau des régiments, aux mêmes finalités
De la classe aristocrate qu'il fallait renverser !
L'idéologie plus forte que le racisme
Pour l'utiliser dans le classisme
Sans date
N'importe quelle date de l'histoire
Prise au hasard, n'est ni blanche ni noire
Car c'est toujours la détermination
De tous nos pas, une programmation
Une science plus exacte que la chiromancie
Des prévisions plus rigoureuses que l'astrologie
Venez Mesdames dans ma roulotte
Que vos nichons je pelote
Sur une table transparente, des cartes
Avec sur chacune, une date
Prenez en une, et voici la datologie
Je prévois votre avenir, de midi à minuit
Je devine votre passé, votre futur, même votre nuit
1926
Création du Paris-Stasbourg
( 504 km ) à la marche
Le Suisse Jean Linder l'emporte
Je vois un marcheur qui vous porte
1937
Journées de mai à Barcelone
Anarchistes et poumistes, contre le stalinisme
La république espagnole n'est pas bonne
Pour la révolution qui veut l'anarchisme
Je vous vois dans le machinisme
1938
En physique, c'est la fission nucléaire
De feu ( 1879-1968 ) Otto Hahn, de feu ( 1902-1980 ) Fritz Stassmann
Et de feu ( 1878-1968 ) Lise Meitner
Dont l'application ne peut jamais être fière
Je vois l'avènement du déchet nucléaire
Sans date
Toute date de l'histoire
Même la plus aléatoire
Est notre véritable mère
Est notre véritable père
Nous sommes ses habits
Dans le moindre de ses plis
Elle circule dans notre corps
C'est la chimie du vivant et du mort
Tout vivant en est le rescapé
Car toute guerre a son année
Toute vivante en fait des bébés
Ainsi, toutes les années se sont succédé
Je vois que nous avons
Des milliers et des milliers d'années
Je vois que nous avons
En nous, des milliers et des milliers d'armées
Sur Terre
De tout ce qui a pu se passer
Nous sommes la trace
Nous sommes l'aboutissement, la seule race
Dans les océans
Dans les mers
Nous sommes à l'eau, son néant
Le temps a le temps
De pouvoir tout faire
Le temps nous fait
Le temps nous défait
Le temps nous rêve
Nous sommes sa sève
Toutes les histoires
De l'histoire, petites ou grandes
Sont dans chaque être humain, elles quémandent
De sales draps qui vont au lavoir
Chaque être humain
Est toutes les guerres
Chaque être humain
Est toutes les paix
Son corps en est le seul vrai historien
Son esprit en est le seul tout, en est le seul rien
Tout ce que nous imaginons
Est quelque part, une réalité
Tout ce que nous faisons
N'est jamais une nouveauté
La gravité se contente d'être, elle est une loi
Pas besoin d'être démontrée, pour exister, même par des rois
Nous expliquons les phénomènes de la nature
Et nous en faisons de la culture
Physique, chimie, biologie, technologie, qui la dénature
La nature n'a pas besoin de la peinture
C'est la peinture qui a besoin de la nature
Tout être humain en vaut un autre
C'est son conditionnement qui en fait tel ou tel apôtre
C'est sa programmation culturelle
Qui le fait intellectuel ou manuel
L'histoire est engrammée par des faits
Qui font les humains, beaux ou laids
La densité infinie de l'infiniment petit
Qui devient expansion, qui devient évaporation
Aussi
Toute explication est suffocante
Aussi
Toute interprétation est marrante
Pour vivre, il faut de la prétention
Là où est l'argent, est la prostitution
Là où est l'argent, est la désolation
C'est la technologie qui nous rêve
C'est l'industrie qui nous crève
Oui, pour vivre, il faut de la prétention
Très jeune, je faisais de la métaphysique
De rêves d'autres planètes, nous étions la gymnastique
Du violon d'un géant, nous étions la musique
Du rire d'une galaxie, nous étions la thermodynamique
Oui, pour vivre, il faut de la prétention
Ô frères et frangines, humains mégalomanes
Ô frères et frangines, humains mythomanes
Pourtant, rien de quelconque
Même si tout est quiconque
Ainsi rien, absolument rien, n'est jamais anodin
Rien n'est vain
Nonobstant, tout est vain
Passé, présent, futur
Tout est en vous
Tout est en nous
D'outre-mort, d'outre-vie, d'outre-lieu
Jamais moins ni jamais mieux
De la matière visible et invisible, de l'eau et du feu
Nous sommes les folles, nous sommes les fous

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Traduction
Désactiver la traduction instantanée
"I wanted to work anywhere, it says that laziness is the mother of all the living, me
I thought the father was working. "

Jacques Prévert (1900 - 1977)

1911
First military air strike
The plane becomes a weapon of war
1914
Hand bombs dropped on children, mothers, fathers
Killed by iron bird
Which lays its explosive death
That destroy the mind and body
1947
The other face of the mirror
The sound barrier outside the laboratory
Exceeded, the worst ad
Gone are the days of laughter
Well before 1911, any invention
Against humanity is a machination
The engineer innovating the art of war
The technician is its good, its plenipotentiary
1745
To date, born Mr. St. George
natural son of black slavery
And property which made its souloir
Well educated, he became a composer
Fencing champion and ethics Friend
During the bourgeois revolution, he was a leader
In bourgeois ideology, not matter the color
Skin regiments, the same goals
The aristocrat class he be overthrown!
The stronger ideology that racism
For use in classism
Undated
Any date in history
taken at random, is neither white nor black
For it is always the determination
Of all our steps, programming
A more exact science than palmistry
More rigorous forecasts that astrology
Ladies come in my trailer
Your tits I pelota
On a transparent table, maps
With each on a date
Take one, and here's datologie
I predict your future, from noon to midnight
I guess your past, your future, even your night
1926
Creation of the Paris-Stasbourg
(504 km) for walking
The Swiss Jean Linder wins
I see you wearing a walker
1937
Barcelona May Days
Anarchists and POUMists, against Stalinism
The Spanish Republic is not good
For the revolution that wants to anarchism
I see you in mechanization
1938
In physics, it is the nuclear fission
Fire (1879-1968) Otto Hahn, Fire (1902-1980) Fritz Stassmann
And fire (1878-1968) Lise Meitner
Whose application can not be proud
I see the coming of the nuclear waste
Undated
Any date in history
Even the random
Is our real mother
Is our true father
We are his clothes
In any of its folds
It circulates in our bodies
It's the chemistry of life and death
All living is the survivor
For every war has its year
Every living actually babies
Thus, all successive years
I see we have
Thousands and thousands of years
I see we have
In us, thousands and thousands of armed
On earth
Everything that could have happened
We track
We are the culmination, the only race
In the oceans
In the seas
We are in the water, its nothingness
The time has time
Can do everything
Time makes us
The weather defeated us
Time will dream
We sap
All stories
History, large or small
Are in every human being, they beg
Dirty sheets that go wash
Every human
Is all wars
Every human
Is all peace
His body is the only true historian
Her spirit is the only all, is the only nothing
All we imagine
Is somewhere, a reality
Everything we do
Is never a novelty
Gravity is content to be, it is a law
No need to be demonstrated to exist, even by kings
We explain the phenomena of nature
And we make culture
Physics, chemistry, biology, technology, which denatures
Nature does not need painting
This is the painting that need nature
Every human being deserves another
It's his conditioning that makes this or that apostle
This is cultural programming
That the intellectual or manual forms
The story is engrammed by facts
That humans do, beautiful or ugly
The infinite density of the infinitely small
Which becomes expansion, which becomes evaporation
Also
Any explanation is suffocating
Also
Any interpretation is funny
To live, you have to pretend
Where is the money is prostitution
Where's the money, is the desolation
This is the technology that we dream
This is the industry that we die
Yes, to live, you have to pretend
Very young, I used to metaphysics
Dreams of other planets, we were gymnastics
The violin of a giant, we had music
The laugh of a galaxy, we thermodynamics
Yes, to live, you have to pretend
Oh brothers and frangines, human megalomaniacs
Oh brothers and frangines, human mythomaniacs
Yet nothing of any
Even if everything is anyone
And nothing, absolutely nothing, is never trivial
Nothing is vain
Notwithstanding, all is vain
Past present Future
Everything is within you
Everything is in us
In addition, death, life overseas, overseas location
Never less or never better
the visible and invisible matter, water and fire
We are crazy, we are crazy

Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"