L'inhumanité galimatias
L'inhumanité rapiat
Quand tout ou presque est aux mains des mafias
La mafia du sport
La mafia de l'environnement
La mafia des jeux
La mafia de la pornographie
La mafia des partis
La mafia des paris
La mafia des bourgeoisies
La mafia du cinéma
La mafia des syndicats
La mafia du patronat
La mafia des multinationales
Les multinationales de la mafia
Comme pour la criminalité environnementale
Partout, sont les mafias du capital
En Calabre
Et sans aucun palabre
Trafic des substances toxiques
Trafic des substances radioactives
Avec pour les populations
Des cancers et des malformations
Quand la mafia est l'organisation
Des épaves et des décharges illégales
Toutes les nuisances du capital
Avec les services secrets de la mafia
La mafia des services secrets
Le monde voix de toute mafia
La voix n'a pourtant que deux cordes vocales
Avec de nombreux muscles qui font chorale
Une mécanique de soufflerie vibratoire qui produit du son
Cordes vocales ou sexe de la femme, c'est selon
Dans un monde d'aberration et de compétition !
Atrocité de compétition
Compétition de l'atrocité
Pour l'espèce inhumaine, c'est fichu
La pire de toutes les espèces, c'est tout vu
Il y a si peu de vie humaine sur Terre
Qu'on veut la quitter, partir ailleurs dans l'Univers
La très proche banlieue dans un premier temps
L'écoulement du temps comme désagrément
Ainsi, rien que pour Mars
6 mois aller, six mois retour, quelle farce
Et déjà des tas de diverses simulations
Qui sont en expérimentation
Recyclage de l'urine, matière fécale, divers déchets
Au tout transformable, un bienfait
Tout ceci
Pour de la risible survie
Pour à longue échéance, implanter des colonies
Tôt ou tard, recommencer les mêmes conneries
Car, c'est l'espèce humaine qu'il aurait fallu protéger
S'il faisait vraiment bon vivre sur Terre
Personne ne songerait à changer d'air
Tant de merveilles inconnues
Comme résistantes à l'azote liquide ( - 195,79 C ) les sangsues
Mais
Nous parlons le comportement d'une société donnée
Nous parlons le comportement de nos parents, du milieu de notre temps
Nous parlons le comportement de tous les gens
Nous parlons le comportement de nos écoles, de nos lycées
Nous parlons le comportement de nos présents, de nos passés !
Avec tant de gens pour cela
Avec tant de gens contre cela
Toute une fragmentation
Toute une division
Des millions et des millions
De la fausse communication
Dans l'idéologie, de la croyance, de la religion
De tout parti ou de toute organisation
Avec maintenant tout un scientisme
S'articulant comme nouveau dogmatisme
Dans une indifférence généralisée
Chacun et chacune dans sa solitude, dans sa misère augmentée
Dont l'on ne peut jamais parler
Vie ring permanent
Vie au tout frustrant
Quand le goût de vivre quitte l'humanité
Une idée subliminale de suicide collectif ne cessant de se propager
Comme nos voix et nos visages
Qui sont de nos signaux sociaux, les cages
Ô mirages gravitationnels nous échappant
Jour après jour, irrémédiablement
Alors que cependant
Avec un autre apprentissage ou conditionnement
Tout aurait pu être différent
Tous à toutes, tous avec toutes
Toutes à tous, toutes avec tous
Sans cesse nous jouissant-
Sans cesse nous communiant
Sans cesse nous sexant
Sans cesse nous complétant !
Et déjà dans d'autres temps
Avec la matrilinéarité, tout fut différent
Peut-être aussi, ailleurs dans l'Univers Multivers, probablement
Mais dans notre sotte société de compétition/comparaison/séparation
Et pas d'épanouissement humain dans la compétition/comparaison/séparation
Qui n'est que de la physiologique sublimation
Comme toutes les classes sociales
Comme toutes les catégories sociales
Chaque classe sociale avec son accent propre
Comme aussi chaque région avec son accent propre
L'accent attitude du riche
L'accent attitude du pauvre
D'ailleurs aussi selon les époques
Selon les pays
Et tout ceci
Par quartier, par village, par ville, par région, rien d'équivoque
En toutes choses, il en va ainsi
Cependant
Que nous n'avons qu'environ 120 gènes vraiment codants
Avec tout un blabla là-dessus, c'est consternant
Et tout à l'approximativement
Comme pour les vaches françaises, ô malheureuses
Diagnostiquées positives à la tuberculose, donc bestioles tuberculeuses
Et ceci n'est pas une donnée fumeuse
Tout cela finissant dans les supermarchés, ô société odieuse
Trois mille tonnes de bidoche
Dans le commerce sans éthique, tout est fastoche
Avec des bêtes qui sont souvent contaminées
Par des blaireaux, dans les prés
Mais les diverses bourgeoisies sachant se moderniser
Des effets Macron, toujours, elles savent se booster
Faisant surtout, en sorte
Que les gens ne puissent plus se parler
La technologie est là pour cela
Faisant surtout, en sorte
Que les gens ne puissent plus se rencontrer
La technologie est là pour cela !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "



Galimatian inhumanity
Inhumanity rapiat
When all or almost everything is in the hands of mafias
The mafia of sport
The mafia of the environment
The games mafia
The mafia of pornography
The party mafia
The mafia of paris
The mafia of the bourgeoisies
The cinema mafia
The union mafia
The mafia of employers
The mafia of multinationals
The multinationals of the mafia
As for environmental crime
Everywhere, are the mafias of capital
In Calabria
And without any palaver
Trafficking in toxic substances
Traffic of radioactive substances
With for the populations
Cancers and malformations
When the mafia is the organization
Wrecks and illegal dumps
All the nuisances of capital
With the secret services of the mafia
The secret service mafia
The world voice of any mafia
The voice has only two vocal cords
With many muscles that are doing choral
A vibratory blower mechanism that produces sound
Vocal cords or sex of the woman, it is according to
In a world of aberration and competition!
Atrocity of competition
Competition of the atrocity
For the inhuman species, it's done
The worst of all species, it's all seen
There is so little human life on Earth
That we want to leave it, to go elsewhere in the Universe
The very near suburbs at first
The passage of time as an inconvenience
So, just for Mars
6 months to go, six months back, what a joke
And already lots of various simulations
Who are in experimentation
Recycling of urine, faeces, various wastes
At all transformable, a blessing
All this
For laughable survival
For the long term, establish colonies
Sooner or later, repeat the same bullshit
Because it is the human species that should have been protected
If it was really good to live on Earth
Nobody would think of changing air
So many unknown wonders
As resistant to liquid nitrogen (- 195.79 C) leeches
But
We speak the behavior of a given society
We talk about the behavior of our parents, from the middle of our time
We talk about the behavior of all people
We talk about the behavior of our schools, our high schools
We talk about the behavior of our presents, our past!
With so many people for that
With so many people against that
A whole fragmentation
A whole division
Millions and millions
False communication
In ideology, belief, religion
From any party or organization
With now a whole scientism
Articulating as new dogmatism
In a general indifference
Each and every one in his solitude, in his increased misery
Which one can never speak
Permanent ring life
Frustrated life
When the taste for life leaves humanity
A subliminal idea of ​​collective suicide constantly spreading
Like our voices and faces
Which are of our social cues, the cages
O gravitational mirages escaping us
Day after day, irremediably
While however
With another learning or conditioning
Everything could have been different
All to all, all with all
All to all, all with all
Constantly enjoying ourselves
Constantly communicating us
Constantly sexing us
Constantly completing us!
And already in other times
With matrilineality, everything was different
Perhaps also, elsewhere in the Multiverse Universe, probably
But in our silly society of competition / comparison / separation
And no human flourishing in the competition / comparison / separation
Which is only physiological sublimation
Like all social classes
Like all social categories
Every social class with its own accent
Like every region with its own accent
The attitude of the rich
The attitude of the poor
Moreover also according to the times
Depending on the country
And all this
By neighborhood, by village, by city, by region, nothing equivocal
In all things, this is so
However
That we only have about 120 really coding genes
With a whole blab on it, it's dismaying
And everything about
As for French cows, oh unfortunate
Diagnosed positive for tuberculosis, so tuberculous critters
And this is not a smoky datum
All this ending up in supermarkets, oh odious society
Three thousand tons of bidoche
In the business without ethics, everything is fastoche
With animals that are often contaminated
By badgers, in the meadows
But the various bourgeoisies know how to modernize
Macron effects, always, they know how to boost
Doing especially, so
That people can not talk to each other anymore
Technology is there for that
Doing especially, so
That people can no longer meet
Technology is here for that!

Patrice Faubert (2017) puète, peuète, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"