Carbone noir
Nuage noir
Sur toute l'Asie
Et une partie de l'Arabie
Voici la société industrielle
Avec toutes ses merveilles
Que l'on retrouve, avec les vents
A 5000 km en montagne, rien d'étonnant
Comme l'Amazonie
En cent ans quelques sécheresses
Et déjà deux au cours de la dernière décennie
C'est le début, cela n'est pas fini
L'Europe et l'Arctique
Aux premières loges du réchauffement climatique
Au cours de ces dix dernières années
Le gaz carbonique est bien dopé
La température moyenne augmente
Des pays dans la tourmente
4 degrés en 5000 ans
4 degrés en cent ans
La glace en diminution d'un tiers
Et en cas de fonte de la calotte glaciaire
De sept mètres augmenterait le niveau des mers
Et d'énormes inondations ici ou là
Comme à New York, Shanghai, Rotterdam, Calcutta
La catastrophe est déjà là !
La couverture de glace
Perd beaucoup plus de masse
Qu'elle n'en gagne, elle n'est pas stable
Dans l'après moi le déluge, rien n'est durable
Et la résistance, jamais vraiment, ne décolle
Même si, la forêt amazonienne, arbres plus le sol
C'est 200 milliards de tonnes de carbone
L'organisation de ce monde est folle
Avec aussi des courants océaniques perturbés
Et donc une orientation climatique affolée
Déjà des réfugiés climatiques
Qui sont finalement des réfugiés politiques
Car la politique de la vie
Est la vie de la politique
Qui mène le monde à la matraque
Et qui, tout le vivant, détraque !
Comme aussi, les 1600 ha de zones humides
Avec ressources d'eau et espèces protégées
De NDDL, Notre-Dame-des-Landes, pour l'identifier
Vers Nantes, en France, où tout est menacé
Pour un aéroport inutile, on veut exproprier
C'est le groupe Vinci, de véritables nazis
Pour qui la vie c'est la technologie
Et les complices de cette idiotie
Oui, il faudrait éliminer les députés
Pas besoin de députés pour s'organiser
En 1974, zone d'aménagement différé
Mais le projet débile, en 1960, déjà programmé !
Un bon député est un député mort
Sous terre, là, il ne peut plus faire aucun tort
Ils en firent les frais
Les républicains espagnols, ces premiers résistants
La plupart anarchistes, tels sont les faits
En France, de la première heure, les vrais résistants
Pourtant si mal accueillis en France
Déportés dans des camps français, humiliés
Puis dans la deuxième division blindée
De feu ( 1902-1947 ) le général Leclerc, en confidence
Et que seul, feu ( 1908-1991 ) le capitaine Dronne, sut respecter !
Certains anarchistes se retrouvèrent dans la légion étrangère
Pour devenir résistants, ce qu'il ne faut pas faire
Toujours rejetés, par l'autorité, les libertaires !
Pas comme les staliniens espagnols
Pas comme les faux socialistes espagnols
Cette vermine, cette vérole
Qui du franquisme fut l'obole !
Il aurait fallu une mainmise anarchiste
Pour mettre au pas tous les fascistes
Comme la plupart des brigades internationales
Qui étaient staliniennes ou nationales
Parfois, il faut être sectaire
Pour que vive le communisme libertaire
Car il n'est rien s'il est autoritaire
C'est alors un faux communisme stalinien
Un communisme bourgeois ou réformiste
Et on ne réforme pas le capitalisme
Il faut en détruire tous les liens
Et alors nous n'aurons plus jamais besoin
D'aucune célébrité, d'aucune autorité, d'aucun isme !
Car
Quand on aime la vie
L'on ne va pas au cinéma
Mais de la vie
Nous n'aimons que sa représentation
Alors, effectivement
Nous allons au théâtre, au cinéma
Nous écoutons la radio, nous regardons la télévision
Toute une propagande qui conditionne nos opinions
Le spectacle de la vie
Est la vie du spectacle
Il n'y a de ce fait, que des spectateurs et des spectatrices
De la vie
Et non des acteurs et des actrices
De la vie
En bateau, en avion, en vélo, au boulot
En voiture, en camion, en bus, en métro
Les loisirs, les distractions
Sur une île déserte ou dans une ville en surpopulation
C'est la vie qui est déserte et en désolation !
A côté
Le virus Ebola, pourtant effrayant
Au moment où j'écris, 1427 personnes décédées
Virus qui est là depuis des dizaines de milliers d'années
Et pas depuis 1976, il était donc présent, bien avant
Mais jamais il ne fut détecté
Il lui faut des conditions appropriées
Du milieu rural au milieu urbanisé
Via certaines chauves-souris à la source de la contamination
Ainsi, le virus peut se déplacer dans les humaines populations
Le capital
A toujours le pire du pire
C'est cela son vrai empire
Aussi, il faut se satisfaire de ce que l'on possède déjà
Ailleurs, c'est pire, c'est le trépas
Comme au Bahreïn, si martyrisé
Par ( né en 1950 ) le roi Hamed ben Issa Al Khalifa
Qui fait tuer, torturer, à tour de bras
Ceux, celles, qui osent manifester
Comme en 2011, 20 morts, 210 blessés
Et depuis, les gens sont de sortie
Les nuits, les jours, il en va ainsi
Arrestations, gaz, tortures, autres exactions
L'extrême droite du fascisme en action
Pour partout, faire peur, c'est le père Fouettard
Pour ceux et celles qui en ont marre
Et pourtant dans ces manifestations
La plupart des gens se réclament de la religion
Certes, on bannit le roi, mais aussi
On ne se prosterne que devant Dieu
Il y a du boulot, aïe mes aïeux
L'aliénation est multiple et infinie
Certes, on déplore les bavures, la prison, la torture
Mais l'on ne sera victorieux
Qu'avec l'aide de Dieu
Entendre des slogans comme cela, c'est dur
Et le régime tyrannique une fois renversé
Très vite serait, par un autre, remplacé
Car tous les dirigeants du monde sont des psychopathes
Plus ou moins diplomates
Comme autrefois le catch à quatre, c'était marrant
Ceux qui font les gentils, ceux qui font les méchants
Et du capital, tout le monde se retrouve au restaurant !
Le capital a besoin du pire
C'est son père Fouettard
Qui fait de nous des trouillards
La tyrannie manifeste et brutale
Est l'équilibre de la tyrannie subtile, mais aussi totale !
Il n'y a aucune diversité nulle part
Il n'y a pas d'autre part
Les journaux disent les mêmes choses, pour la plupart
La propagande du capital et son architecture s'affiche partout
Cinéma, télévision, radio, journaux, tourisme, et autres garde-fous
Comme ces ministres si sinistres qui démissionnent
Et pour les prochaines élections se positionnent !
Nous ne prêchons jamais qu'à des convaincus
Qui ont le même codage nerveux que nous
Pour les autres, c'est incompréhensible, et c'est fichu
Riches ou pauvres, le processus est identique, voilà tout !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Black carbon
Black cloud
All over Asia
And part of Arabia
Here is the industrial society
With all its wonders
What we find, with the winds
5000 km in the mountains, nothing amazing
Like the Amazon
In a hundred years, some droughts
And already two in the last decade
It's the beginning, it's not over
Europe and the Arctic
At the forefront of global warming
In the last ten years
Carbon dioxide is well doped
The average temperature increases
Countries in turmoil
4 degrees in 5000 years
4 degrees in one hundred years
Ice down by a third
And in case of melting of the ice cap
Seven meters would increase the sea level
And huge floods here and there
As in New York, Shanghai, Rotterdam, Calcutta
The disaster is already here!
Ice cover
Loses a lot more mass
That she does not win, she is not stable
In the after me the flood, nothing is sustainable
And the resistance, never really, takes off
Even though, the Amazon rainforest, trees plus soil
It's 200 billion tons of carbon
The organization of this world is crazy
With also disturbed ocean currents
And so a terrified climate orientation
Already climate refugees
Who are finally political refugees
Because the politics of life
Is the life of politics
Who leads the world to the baton
And who, all living, derails!
Likewise, the 1600 ha of wetlands
With water resources and protected species
NDDL, Notre-Dame-des-Landes, to identify it
To Nantes, France, where everything is threatened
For a useless airport, we want to expropriate
This is the group Vinci, real Nazis
For whom life is technology
And the accomplices of this idiocy
Yes, we should eliminate the deputies
No need for deputies to organize
In 1974, deferred development zone
But the project stupid, in 1960, already programmed!
A good MP is a dead MP
Underground, there, he can not do any harm anymore
They paid for it
The Spanish Republicans, these first resisters
Most anarchists, these are the facts
In France, from the first hour, the real resistants
Yet so badly welcomed in France
Deported to French camps, humiliated
Then in the second armored division
From fire (1902-1947) General Leclerc, in confidence
And that alone, fire (1908-1991) Captain Dronne, was able to respect!
Some anarchists found themselves in the foreign legion
To become resistant, what not to do
Always rejected, by the authority, the libertarians!
Not like the Spanish Stalinists
Not like the fake Spanish socialists
This vermin, this pox
Who of the Francoism was the obole!
It would have required anarchist stranglehold
To bring all the fascists
Like most international brigades
Who were Stalinist or national
Sometimes you have to be sectarian
For long live libertarian communism
Because he is nothing if he is authoritarian
It is then a false Stalinist communism
A bourgeois or reformist communism
And we do not reform capitalism
We must destroy all links
And then we will never need
No celebrity, no authority, no ism!
Because
When we love life
We do not go to the movies
But life
We only like his representation
So, actually
We go to the theater, to the cinema
We listen to the radio, we watch TV
All propaganda that conditions our opinions
The spectacle of life
Is the life of the show
There are, therefore, only spectators and spectators
Of life
And not actors and actresses
Of life
By boat, plane, bike, at work
By car, truck, bus, subway
Leisure, entertainment
On a desert island or in an overcrowded city
It is life that is deserted and desolate!
Beside
The Ebola virus, yet scary
At the time of writing, 1427 people have died
Virus that has been around for tens of thousands of years
And not since 1976, so he was present, well before
But never was it detected
He needs appropriate conditions
From rural to urbanized
Via some bats at the source of contamination
So, the virus can move into human populations
The capital
Always the worst of the worst
That's his real empire
Also, we must be satisfied with what we already have
Elsewhere, it's worse, it's the death
As in Bahrain, so martyred
By (born in 1950) King Hamed ben Issa Al Khalifa
Who gets killed, tortured, with a twist
Those who dare to manifest
As in 2011, 20 dead, 210 injured
And since, people are out
Nights, days, this is so
Arrests, gas, torture, other abuses
The extreme right of fascism in action
For everywhere, scare, it is the father Fouettard
For those who are fed up
And yet in these manifestations
Most people claim religion
Of course, we banish the king, but also
We only prostrate ourselves before God
There is work, Ouch my ancestors
The alienation is multiple and infinite
Certainly, we deplore the burrs, the prison, the torture
But we will not be victorious
Only with the help of God
To hear slogans like that is hard
And the tyrannical regime once overthrown
Very quickly would be, by another, replaced
Because all the leaders of the world are psychopaths
More or less diplomats
As before the wrestling four, it was funny
Those who make the good guys, the ones who do the bad guys
And capital, everyone is at the restaurant!
Capital needs the worst
It's his father Fouettard
Who makes us crazy
The manifest and brutal tyranny
Is the balance of tyranny subtle, but also total!
There is no diversity anywhere
There is no other part
Newspapers say the same things, mostly
The propaganda of capital and its architecture is everywhere
Cinema, television, radio, newspapers, tourism, and other safeguards
Like those so sinister ministers who resign
And for the next elections are positioning!
We never preach only to the convinced
Who have the same nervous coding that we
For others, it's incomprehensible, and it's done
Rich or poor, the process is the same, that's all!

Patrice Faubert (2014) puete, peuete, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"