La racaille
N'est pas dans les cités
La racaille
Ce sont les députés
Certes
L'on ne stérilise plus comme sous le nazisme
Les handicapés, les dépressifs, les pas motivés
350.000 personnes furent ainsi opérées
Certes
Sous l'hypocrite capitalisme
Ces personnes sont simplement en marge de la société
Certes
Elles ne risquent pas d'être enlevées
Comme les 250.000 enfants
En zone occupée par les nazis allemands
La folie des guerres, jamais, elles ne peuvent s'arrêter
Souvent des enfants polonais, yeux bleus, cheveux blonds
Pour le Lebensborn, ces bordels pour officiers
L'élite nazie, pour des femmes sélectionnées, les ensemencer
Il fallait repeupler les pays conquis
Par des enfants conditionnés, propager l'idéologie nazie
Le but final étant de tout germaniser
Et de remplacer les populations éliminées
Alors après
Même si c'est un canular
Et pour les victimes, un éternel cauchemar
Un feu ( 1865-1919 ) Aaron Kosminski
En admettant que cela soit bien lui
Car c'est une affaire qui toujours rebondit
Le mythique et décrié " Jack the ripper ", dit " Jack l'éventreur "
C'est bien petit, face aux nazis, en fureur
Cela n'était qu'un modeste apprenti
Que cela ait été un autre ou lui
Un barbier de Whitechapel surtout malade mental
Qui fut enfermé chez les fous, à vie
Une histoire somme toute assez banale
Seule était certaine sa folie
( Mais c'est encore une fausse vérité
Car un témoin qui l'avait formellement identifié
Fut, par les services secrets, obligé de se rétracter
Car la communauté juive aurait pu être inquiétée
Par des pogroms, que la monarchie anglaise voulait éviter
L'affaire, à l'amiable, fut donc étouffée
Car dans cette mythologie où tout est déliré
Tout peut ainsi se supposer ! )
Comme les Napoléon, Hitler, Mussolini
Et autres dictateurs, qui firent en gros
Ce que d'autres moins adroits firent en tout petit !
Il faut comme les derniers chasseurs-cueilleurs
Les San de Namibie
De l'Histoire, savoir lire les heures
Pas seulement de la terre ou des cavernes, mais de la vie
Il faut de nouveaux pisteurs
Pour déchiffrer toutes les traces
De l'Histoire, de la science, de la technologie, comme de la glace
Des arts, de la philosophie, du malheur, du bonheur
Au-delà
Des gauches et des droites
Au-delà
De toutes nos institutions
De toutes nos administrations
De toutes nos conventions
De l'inintelligence organisée
Des écoles, des usines, des bureaux, des universités
Il faut absolument tout jeter !
Mais c'est comme si je parlais
La langue d'une autre planète
Comme si, de mon derrière, des pets s'échappaient
Alors, que tout, dans le monde, pète !
Des attardés mentaux voudraient faire croire
Que le fascisme est aux portes du pouvoir
Alors que le fascisme a toujours été au pouvoir
Des courants différents, mais c'est toujours lui, que l'on peut boire
Car le fascisme est le pouvoir
Qui est le pouvoir du fascisme
Ainsi le fascisme est déjà au pouvoir
Ainsi tout le monde se fait avoir !
Comme il n'est pas impossible
Si le présent se poursuit dans le futur
Que toute la nourriture
Absolument toute, soit sous forme de levure
Dans le commerce, par correspondance, cela sera admissible
Mais déjà
L'être humain
Est devenu le pire ennemi de tout être humain
Surtout avec les nouvelles technologies
Qui isolent les gens, un authentique mépris
Le capital
Parle beaucoup de tolérance
Car il est parfaitement faussement tolérant
Le capital
Ne parle que rarement de dominance
Car il n'est que dominance
Appelons donc à une manifestation
Pour le premier jour de l'an machin, pour une agitation
Contre toutes les idéologies, contre toutes les religions
Contre le salariat, contre toutes les exploitations
Dans chaque ville du monde, place à l'imagination
Aux médias libertaires de relayer cette proposition
Vous allez me croire en pleine démence
Car je sais ce que sur moi, vous dîtes, dans vos confidences
Cela serait pourtant la plus belle des danses !
Depuis plus de 40 ans, avec ce rêve, toujours là
Chaque fois que j'ai manifesté, c'était pour cela
Mais nous étions une infime minorité
Car personne ne voulait vraiment tout transformer !
Il y a la méthode des lieux
Pour mémoriser davantage, en performativité
De la technicité des champions de mémoire
Le capital a ses foires
Pour dans des hiérarchies, s'élever
Tout dépend de ce que l'on mémorise
Surtout les rituels, les conformismes, les traditions, qui s'éternisent
Nos mémoires sont celles du capital
Tout s'en écoule, c'est son canal
La mémoire n'est pas intelligente
Elle n'est que mémoire, savante ou intelligente
L'intelligence a besoin de peu de mémoire
Il lui suffit d'observer, d'écouter et de voir !
Ainsi, les dix mille espèces d'oiseaux
Anciens dinosaures, comme nous, ne sont pas sots
Dont certains peuvent dormir en volant
Ce que fait aussi l'être humain en votant
Le capital est au top
Pour la novlangue et l'apocope
Toutes les mémoires de l'inutile
Toutes les mémoires du futile
Avec ses colporteurs, avec ses représentants
Avec ses professions, avec ses corporations
Tout est au point pour sa perpétuation !
Puis l'espèce humaine disparaîtra
Après avoir tout mis au pas
Tout l'annonce déjà
Avec par exemple, la pêche électrique
Et autres monstruosités technologiques
Et absolument tout procède comme cela !
Je suis le peuple des sans-dents
Mon blog, c'est mon livre, c'est mes dents
Et puisque TOUT fabrique du dément
Sur les murs, un seul slogan " MORT AUX GENS "
Le capital a toujours une fausse contestation d'avance
Il est maintenant infiltré dans toutes les nuances
Un peu comme la matière noire ou masse cachée
Qui est au fond, de la gravitation modifiée
Anamnèse de toutes origines
De tout ce que l'on imagine
Et prisons fermées ou prisons ouvertes
Tout s'y échoue, c'est trop bête
Un peu comme dans la vie
Parfois pire que la prison, tout est dit
Où chaque être humain
Est son propre gardien
L'école prison, l'usine prison, l'université prison
Tout est en prison, de toutes façons
Et puis nos autorités détournées
Que nous aimons toujours citer
Nos poètes, nos écrivains, nos savants, nos vedettes, nos présentateurs
Nos philosophes, nos chanteuses, chanteurs, nos actrices, acteurs
Cela engendre de l'infériorité et de la supériorité
Nous en sommes les jardinières et les jardiniers
Que de soi-même il faudrait se réclamer
Seulement soi-même il faudrait citer !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


The scum
Is not in the cities
The scum
It's the deputies
Certainly
One no longer sterilizes as under Nazism
The disabled, the depressed, the motivated steps
350,000 people were so operated
Certainly
Under the hypocritical capitalism
These people are simply on the margins of society
Certainly
They are not likely to be removed
Like the 250,000 children
In the zone occupied by the German Nazis
The madness of wars, never, they can not stop
Often Polish children, blue eyes, blond hair
For Lebensborn, these brothels for officers
The Nazi elite, for selected women, sowing them
It was necessary to repopulate the conquered countries
By conditioned children, spread the Nazi ideology
The ultimate goal is to Germanize everything
And replace the eliminated populations
So after
Even if it's a hoax
And for the victims, an eternal nightmare
A fire (1865-1919) Aaron Kosminski
Admitting that this is good him
Because it's a business that always bounces
The mythical and decried "Jack the ripper" says "Jack the Ripper"
It's very small, facing the Nazis, in a rage
It was only a modest apprentice
Whether it was another person or him
A barber from Whitechapel mostly mentally ill
Who was locked up in the mad, for life
A story quite simple
Only was certain his madness
(But it's still a false truth
Because a witness who had formally identified
Was, by the secret services, forced to retract
Because the Jewish community could have been worried
By pogroms, which the English monarchy wanted to avoid
The case, amicably, was thus smothered
Because in this mythology where everything is delirious
Everything can be expected! )
Like Napoleon, Hitler, Mussolini
And other dictators, who basically did
What other less skilful people did in very small!
It takes like the last hunter-gatherers
The San of Namibia
History, knowing how to read the hours
Not just earth or caves, but life
New trackers are needed
To decipher all traces
History, science, technology, like ice
Arts, philosophy, misfortune, happiness
Beyond
Left and right
Beyond
Of all our institutions
From all our administrations
Of all our conventions
Organized unintelligence
Schools, factories, offices, universities
It is absolutely necessary to throw everything!
But it's like I'm talking
The language of another planet
As if, from behind, farts were escaping
So, let everything in the world, fart!
Mentally retarded people would like to believe
That fascism is at the gates of power
While fascism has always been in power
Different currents, but it's always him, that we can drink
Because fascism is power
Who is the power of fascism
So fascism is already in power
So everyone gets fucked!
Since it is not impossible
If the present continues in the future
All the food
Absolutely all, in the form of yeast
In the trade, by correspondence, this will be admissible
But already
Human being
Became the worst enemy of every human being
Especially with new technologies
Who isolate people, genuine contempt
The capital
Talk a lot about tolerance
Because he is perfectly falsely tolerant
The capital
Speaks only rarely about dominance
Because it is only dominance
Let's call for a demonstration
For the first day of the year, for a stir
Against all ideologies, against all religions
Against wage labor, against all farms
In every city of the world, room for imagination
Libertarian media to relay this proposal
You will believe me in full dementia
Because I know what about me, you say, in your confidences
This would be the most beautiful of dances!
For more than 40 years, with this dream, still there
Every time I manifested, it was for that
But we were a tiny minority
Because nobody really wanted to transform everything!
There is the place method
To memorize more, in performativity
From the technicality of the memory champions
Capital has its fairs
For in hierarchies, to rise
It all depends on what is memorized
Especially the rituals, the conformism, the traditions, which drag on
Our memories are those of capital
Everything flows, it's his channel
Memory is not smart
She is only memory, scholarly or intelligent
Intelligence needs little memory
It is enough for him to observe, to listen and to see!
So the ten thousand species of birds
Ancient dinosaurs, like us, are not foolish
Some of whom can sleep while flying
What the human being does by voting
The capital is at the top
For Newspeak and Apocope
All the memories of the useless
All memories of the futile
With his peddlers, with his representatives
With his professions, with his corporations
Everything is perfect for its perpetuation!
Then the human species will disappear
After putting everything in
All the announcement already
With for example, electric fishing
And other technological monstrosities
And absolutely everything proceeds like that!
I am the people of the toothless
My blog is my book, it's my teeth
And since ALL manufactures demented
On the walls, only one slogan "DEATH TO THE PEOPLE"
The capital always has a false dispute in advance
He is now infiltrated in all shades
A bit like dark matter or hidden mass
Who is at the bottom, of the modified gravitation
Anamnesis of all origins
From all that we imagine
And closed prisons or open prisons
Everything fails, it's too silly
A bit like in life
Sometimes worse than prison, everything is said
Where every human being
Is his own keeper
The prison school, the prison factory, the prison university
Everything is in prison, anyway
And then our diverted authorities
What we always like to quote
Our poets, our writers, our scientists, our stars, our presenters
Our philosophers, our singers, our singers, our actresses, actors
This breeds inferiority and superiority
We are gardeners and gardeners
That of oneself it would be necessary to claim
Only oneself one would have to quote!

Patrice Faubert (2014) puete, peuete, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"