Pro domo
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Les maîtres du mystère
Le temps qui ne s'écoule pas
Tic-tac- tic-tac, tic-tac
Le temps s'écoule pas à pas
C'est le temps de mon genou cassé
C'est le temps de ma jambe immobilisée
Et à telle heure l'infirmier doit passer
Ou une infirmière, pour un peu, changer
C'est le temps de la maladie
Temps qui partout est honni
En parler n'est pas se plaindre
Pas plus que geindre
C'est néanmoins un sujet interdit
Comme un enfant, des autres, l'on est dépendant
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Il y faut une tactique
S'organisant dans le tragique
Un temps qui ne s'écoule pas
Un temps qui ne passe pas
Tiens, voilà la kiné
Pour plus tard, le genou moins coincé
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Toute blessure a sa tectonique !
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
C'est le soin qui passe
C'est l'heure de la prise de sang
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
C'est l'heure de prendre les médicaments
Et nettoyant, cicatrice et plaie, de temps en temps
Tous les jours
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Piqure contre coagulation aussi, pendant 45 jours
Pro domo
Afin que je m'en souvienne un jour
Et puis comme une fonte des glaces
Pour la fonte musculaire, place, place
Tous les repères sont effacés
Un temps d'autre temps auquel il faut s'adapter
C'est l'éloge de la fuite dans l'imaginaire
Le monde d'argent y est fichu par terre
Temps des béquilles
Temps de la cicatrisation
Temps de la rééducation
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Chaque temps y est autre temps
Pour celui qui le vit
Pour celle qui le vit
Temps de la maladie
Fusionnant dans le temps de l'économie !
La vie est une mauvaise blague
Non, justement, la vie
N'est pas une blague
On se la prend dans la gueule
Jour après jour, sous la meule
Certes, cela se fait peu
Cul à l'air, de dévoiler ainsi ses intimités
Et à quand des écrits récits d'infirmité
Pro domo
C'est de l'attentat à la pudeur
Votre derrière nous livre toutes ses humeurs
Avec des béquilles,
Pas facile de chier
Avec des béquilles
Pas facile de pisser
Des écrits d'infirmité
Pipi, caca, se torcher
C'est pourtant la vie de tous les jours
Même pour les plus beaux troubadours
Si le populo s'imaginait
Trump ou autre en train de chier
Il ne pourrait plus gouverner
Dommage
Il n'y aurait plus aucun gouvernement
Dommage
Il n'y aurait plus aucun tyran
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Tous les jours, l'on nous matraque !
Le corps de la maladie
Le corps redevenant enfant
Mangeant même tout son mangeant
Et d'être de contretemps
Tout le monde me houspillant
Et puis
C'est la société du premier
Carton rouge à partir du deuxième
Tout ce qu'il ne faut pas faire
Forcément, l'impressionnant est amère
Comme me le dit l'ami Pierre
Tu aurais pu appeler les pompiers
Mais dans ma tristesse infinie
Malgré mon mobile, je n'y ai même pas songé
Le téléphone cellulaire sur soi est ainsi zappé
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Du traumatisme, vous êtes patraque
Et à toute mauvaise probabilité, une paire de claques
La vie
N'est pas une mauvaise blague
Non, justement, la vie
N'est pas une blague
On se la prend dans la gueule
Jour après jour, sous la meule
Pour se souvenir un jour
Que tôt ou tard, la maladie gagne toujours
Avec la mort
Ce commun comme dernier port
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Et avec l'alitement prolongé
De l'un l'autre gêné
Voilà le bal de madame escarre
De votre corps, la douleur s'accapare
Pro domo
Tic-tac, tic-tac, tic-tac
Symbolisme même du capital qui tout, attaque
De tout ce qui vit, il est le fric-frac !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Pro domo
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Masters of the mystery
The time that does not flow
Tic-tac-tac-tac, tic-tac
Time goes by step by step
It's time for my broken knee
It's time for my immobilized leg
And at such time the nurse must pass
Or a nurse, for a bit, change
It's the time of illness
Time that everywhere is hated
To speak of it is not to complain
No more than whining
It is nevertheless a prohibited subject
Like a child, another, one is dependent
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
It takes a tactic
Organizing in the tragic
A time that does not flow
A time that does not pass
Here is the physiotherapist
For later, less knee stuck
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Any injury has its tectonics!
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
This is the care that passes
It's time for the blood test
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
It's time to take the drugs
And cleanser, scar and sore, from time to time
Everyday
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Sting against coagulation too, for 45 days
Pro domo
So that I remember one day
And then like a melting ice
For muscle wasting, place, place
All landmarks are cleared
Another time to adapt
It is the eulogy of the flight into the imaginary
The world of money is ruined on the floor
Crutches time
Time of healing
Rehabilitation time
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Every time there is another time
For whoever lives it
For the one who lives it
Time of illness
Merging in time the economy!
Life is a bad joke
No, precisely, life
Is not a joke
We take it in the mouth
Day after day, under the wheel
Certainly, this is done little
Ass to the air, to reveal his intimacies
And when are writings stories of infirmity
Pro domo
It's an indecent assault
Your behind gives us all its moods
With crutches,
Not easy to shit
With crutches
Not easy to piss
Writings of infirmity
Pee, poo, flicker
Yet it is everyday life
Even for the most beautiful troubadours
If the populo imagined
Trump or other sucking
He could no longer govern
Pity
There would be no government
Pity
There would be no more tyrant
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Every day, we are clubbed!
The body of the disease
The body becomes a child again
Eating even all his eating
And being out of season
Everyone is heckling me
And
It is the society of the first
Red card from the second
All you need to do
Of course, the impressive is bitter
As my friend Pierre tells me
You could have called the fire department
But in my infinite sadness
Despite my motive, I did not even think
The cellular phone on oneself is thus zapped
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
From trauma, you are woozy
And at all probability, a pair of slaps
Life
Is not a bad joke
No, precisely, life
Is not a joke
We take it in the mouth
Day after day, under the wheel
To remember one day
That sooner or later, the disease always wins
With death
This common as last port
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
And with prolonged bed rest
From each other embarrassed
This is the ball of Madame escarre
From your body, pain grows
Pro domo
Tick ​​tock, tick tock, tick tock
Symbolism of the capital that everything, attack
Of all that lives, it is the fric-frac!

Patrice Faubert (2018) puete, peuete, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"