L'impermanence capitalisée
Capitalisation de l'impermanence
L'impermanence
N'est pas de la vacance
La seule permanence
C'est finalement, le malheur
La seule permanence
C'est finalement, la terreur
Tout le reste
Est de l'ordre du fugace
Tout le reste
Est l'opposé de la limace
Permanence de l'impermanence
L'impermanence de la permanence
L'on peut très vite perdre la santé
Comme sur les routes de France, chaque année
Milliers de tués, de blessés, des infirmités
Enfants, adolescence, femmes, hommes, personne n'est épargné
Avec aussi
La pollution atmosphérique, il faut compter
48000 décès par an, la France polluée
Et toute vie devenant un combat
Rien que pour survivre, voilà
Se battre avec les administrations
Incompétence, je-m'en-foutisme, comme une profession
Harceler le secrétariat pour avoir un papier
C'est encore trop demandé
Il faut donc vivre par procuration
C'est là le boulot des stars de la télévision
De l'effet miroir et de l'identification !
La technologie de la sédentarité
En Angleterre, des sumos, ce sont des bébés
Par exemple, il y a quelques dizaines d'années
En France, lors d'épreuves scolaires, une banalité
Les élèves couraient environ 600 mètres en trois minutes
De nos jours, les élèves courent la même distance, en quatre minutes
Et la sédentarité tue plus que le tabac
La technologie est passée par là
Santé physique et santé mentale
Mimétisme de la santé environnementale
Comme la consommation de viande
USA, une effroyable demande
Cent kg de viande par an
Et ce par habitante et habitant
En France, c'est moins de soixante kg, comparativement
Et si tout peut se manger
Tout aussi a une sensibilité
Ainsi, des décapodes marcheurs
Homards, langoustes, araignées de mer
Tourteaux, le bernard-l'ermite, ont une sensibilité
Malgré tout
Dans l'eau bouillante, ils sont plongés
Au moins, en Suisse, ces bestioles sont anesthésiées
Avant d'être torturées et ébouillantées
Et avec la Pecten maximus, il faut compter
Coquille Saint Jacques, mollusque bivalve, non épargné
200 yeux millimétriques, en bord de coquille
Champ visuel de 250 degrés, jamais ne décille !
Le capital
Est comme un palace
Pour la pauvreté, pas la moindre place
Et ne pas confondre misère et pauvreté
La richesse aussi est une misère
Même si elle n'est pas pauvreté
Par déduction, tout le reste, vous trouverez
Donc, toute une stratégie polyvalente
Comme pour NDDL, récupération latente
Mais le pouvoir en place doit sauver la face
Il faut que le zadiste trépasse
Le capital c'est l'éternel casse
De tous les acquis sociaux
De tous les rapports conviviaux
Il s'agit de scotomiser la pauvreté
Ou alors, elle peut circuler
Mais dans certains lieux délimités
Dans les rues comme partout
Plus aucun endroit pour dormir, c'est fou
Des dispositifs contre le ou la sans domicile
D'un système inhumain et imbécile
Comme en France, des salles d'attente
Pourtant prévues pour la détente
Et qui sont en fait réservées
Aux voyageuses et aux voyageurs munis d'un billet
Sinon, amende de cent euros, non mais
L'argent n'est cependant que du papier
Certes, l'or est là pour le tester
Une bien étrange société
Avec de l'argent, tu domineras, tu vivras
Sans argent, tu seras dominé, tu crèveras !
Comme me le dit l'ami Jean-Luc
Qui du capital connaît tous les trucs
Il ne faut point confondre, le fou et le dégénéré
Trump n'est pas fou, c'est un dégénéré
De cet exemple, l'on peut généraliser
Du film
" Aux postes de combat " 1965
L'emportant donc, sur
Du film
" Docteur Folamour " 1964
D'un côté, un américain dégénéré
D'un autre côté, un américain fou
Dégénérescence de la permanence
Permanence de la dégénérescence
Dégénérescence tant physique que psychologique
Comme si le monde entier avait la colique
Toute relation ou presque, morte
Toute conversation ou presque, morte
Ou alors
C'est de la pâle imitation
Dans le dégénéré, plus aucune limitation
Comme si, finalement, la technologie nous limitait
Comme si, finalement, la technologie nous invalidait
De ce monde
Aucune évasion possible
De ce monde
Où le pire est toujours possible !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

Capitalized impermanence
Capitalization of impermanence
impermanence
Is not a holiday
The only permanence
It's finally, the misfortune
The only permanence
It's finally, terror
Everything else
Is of the order of the fleeting
Everything else
Is the opposite of the slug
Permanence of impermanence
The impermanence of permanence
We can quickly lose health
As on the roads of France, every year
Thousands of killed, wounded, infirmities
Children, teenagers, women, men, nobody is spared
With also
Air pollution, you have to count
48000 deaths per year, polluted France
And all life becoming a fight
Just to survive, that's it
Fight with the administrations
Incompetence, I-foutism, as a profession
Harass the secretariat to get a paper
It's still too much asked
It is therefore necessary to live by proxy
This is the job of the stars of television
Mirror effect and identification!
The technology of a sedentary lifestyle
In England, sumos are babies
For example, a few decades ago
In France, during school tests, a banality
Students ran about 600 meters in three minutes
Nowadays, students run the same distance, in four minutes
And sedentary life kills more than tobacco
Technology has been there
Physical health and mental health
Mimicry of environmental health
Like meat consumption
USA, an appalling demand
One hundred kilograms of meat a year
And this per inhabitant and inhabitant
In France, it is less than 60 kg, compared to
And if everything can be eaten
Just as sensitively
Thus, walking decapods
Lobsters, lobsters, spider crabs
Crabs, hermit crabs, have a sensitivity
Nevertheless
In boiling water, they are immersed
At least in Switzerland, these critters are anesthetized
Before being tortured and scalded
And with the Pecten maximus, you have to count
Scallop, bivalve mollusc, not spared
200 millimeter eyes, at the edge of the shell
Visual field of 250 degrees, never digs!
The capital
Is like a palace
For poverty, not the least place
And do not confuse misery and poverty
Wealth too is misery
Even if she is not poor
By deduction, all the rest you will find
So, a versatile strategy
As for NDDL, latent recovery
But the power in place must save face
The zadist must have passed away
Capital is the eternal breakage
Of all social achievements
From all the friendly reports
It's about scotomizing poverty
Or, it can flow
But in certain delimited places
In the streets as everywhere
No more place to sleep, it's crazy
Devices against the homeless
From an inhuman and foolish system
As in France, waiting rooms
Yet planned for relaxation
And which are actually reserved
Travelers with a ticket
Otherwise, a fine of one hundred euros, no, but
Money is only paper
Admittedly, gold is here to test it
A strange company
With money, you will dominate, you will live
Without money, you will be dominated, you will die!
As my friend Jean-Luc tells me
Who of capital knows all the stuff
Do not confuse, the madman and the degenerate
Trump is not crazy, he's a degenerate
From this example, we can generalize
From the movie
"At combat stations" 1965
So taking it away, on
From the movie
"Doctor Folamour" 1964
On the one hand, a degenerate American
On the other hand, a crazy American
Degeneration of permanence
Permanence of degeneration
Physical and psychological degeneration
As if the whole world had colic
Any relationship or almost, dead
Any conversation or almost, dead
Or
It's pale imitation
In the degenerate, no more limitation
As if, ultimately, technology limited us
As if, ultimately, technology invalidates us
From this world
No escape possible
From this world
Where the worst is always possible!

Patrice Faubert (2018) puete, peuete, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway.fr"