" Michel NOURY, anarchiste, peintre, artisan funéraire, est décédé.
Merci de faire suivre la triste nouvelle à celles et ceux qui ont pu le connaître.
Le Palpitant, l'a lâché ... après deux attaques en deux ans, celle-ci lui aura été fatale.
Il s'était retiré à Tonnerre, en Bourgogne, il y a une quinzaine d'année après le décès de sa Compagne Christelle.
Michel NOURY était le frère de René Darras, lequel avec Thomas Ibanez, avait conçu en 1964 (Bulletin de liaison et de discussion Jeunes libertaires N° 48 d'Avril 1964), du A cerclé, symbolisant l'anarchisme, et connu aujourd'hui dans le monde entier.
Michel NOURY aura eu une vie bien remplie, anarchiste, il aura connu la lutte de l'intérieur des prisons.
A côté de son métier, artisan funéraire, il aura été un artiste peintre, un créatif, par ailleurs auteur de vidéos sur la mémoire du mouvement anarchiste, sur Maurice LAISANT...
Michel avait de nombreux amis qu’il accueillait chez lui avec chaleur et bonne conversation."

( Feu Michel Noury est/était mon voisin de palier
A Tonnerre, un hommage relevé sur l'internet
Par " les AZAS les apodicticienNES " alias les incontrôlés
Nosotros.incontrolados, les amis du négatif à l'oeuvre, c'est pas bête
Ces gens-là ne m'aiment pas, nonobstant, c'est un résumé très chouette !
Michel avait en fait contracté une gastro-entérite, mais comme il ne voulait pas appeler
un docteur, et vu son état de santé très faible ( il avait une bouteille d'oxygène ) cela
lui fut fatal, car il ne fut hospitalisé que la veille de son décès. Il me disait parfois que la vie
est un paquet de merde ! désolé pour les gens qui n'aiment pas la vérité ! )

C'est trois euros
C'est pas cher
Mais c'est quoi derrière ?
Et encore un achat réactionnaire !
Cela vient de Chine
Où le condamné à mort courbe l'échine
Une balle en pleine tête
Pour lui, cela n'est jamais la fête
Pas de main d'oeuvre à rétribuer
Forcément, c'est pas cher, mais pas de quoi pavoiser
Made in China
Made in India
Made in ceci ou cela
Mais c'est quoi derrière
Sinon toutes les misères
Ainsi, tout achat est réactionnaire !
Et la mémoire
Qui nous joue des tours
L'oubli qui déforme nous fait sa cour
Comme pour moi
J'en suis un roi
Ainsi feu ( 1948-2014 ) figure de l'anarchie
L'ami Michel Noury
C'est par Radio Libertaire
Que j'avais entendu parler de lui
Une annonce de recherche de correspondance avec lui
Car il était en prison à la centrale de Poissy
Et non pas, comme il fut dit
Pour son pacifisme libertaire
Mais pour des faits de la lutte armée
Ce qui fut par cette radio, dissimulé
Avec lui, j'en ai bien rigolé !
Tout ceci se déroula au début des années quatre vingt
Enfin, je crois bien
Je correspondis avec lui
De nombreuses années, c'est ainsi
Jusqu'à sa sortie de prison
En 1986, avec une fiesta sans nom
Des dizaines de personnes se retrouvèrent
Pour faire la fête, au bord d'une rivière
Enfin, peu importe les dates
Car je montre toutes mes cartes
J'entends de faux libertaires et leurs calomnies
L'enfoiré, il ramène tout à lui
Inévitablement, puisque je fréquente l'anarchie !
Et puis je suis un nomade
Et ma mémoire est bien fade
Pas souvent chez moi
Pas toujours sous la main
Ma correspondance qui fait loi
Ou mes documents, c'est pas malin
Et si je me mettais à table
Du milieu anarchiste, si j'ouvrais les cartables
Ma position ne serait plus tenable !
Mais c'est de l'inexactitude exacte
Mieux que l'exactitude inexacte
Ce sont les arcanes de l'indicible
Que rien ne peut rendre dans le visible
C'est comme l'anarchie
Que chaque individu fait à son image
Groupes, organisations, sectes, des pages et des pages
Et autres experts de la logomachie
Nous faisons tout à nos images
Nous y mettons toutes nos rages
Nous déformons tout
Nous interprétons tout
Et donc nous salissons tout
Les plus belles théories
Finissent ainsi dans la dogmatique idéologie
Le capitalisme est une anosmie
Il n'y a pas, pourtant
Deux nez qui ne soient pas différents
Nonobstant, c'est le spectaculaire intégré et sa lie !
Maintenant
Le marché est devenu électronique
Madoff ( né en 1938) l'avait bien compris, il suffit d'un clic
Trading de la chaîne de Ponzi
Avec les banques, c'est à l'infini
Et les pauvres, toujours à l'agonie !
Juste avant l'orage
Tout paraît tranquille et sage
En vérité c'est toujours l'orage
Nous sommes dans la catastrophe
Tout y est triste, tout y est moche
Chaque jour a son Sarajevo
28 juin 1914, c'est pas beau
Et tout ce que j'écris
Est ainsi une sorte de pornographie
Mes mots sont comme les dessins
De feu ( 1890-1918 ) Egon Schiele, qui montrait les vagins
Et bientôt les transports en tube
Et la technologie qui fabrique de l'hébétude
Le skytran, le Xplorair
Et un jour, New York Los Angeles, 45 minutes, décalage horaire
Le communisme pour les riches
Le capitalisme pour les pauvres
Tout partager, tout donner, chiche
Et les guerres civiles
Qui ne sont même plus sociales
Mais religieuses ou nationalistes, cent ou mille
Pour noyer toute révolution sociale !
De près ou de loin
Toute action humaine
Participe, quoi qu'il advienne
Au capital, si peu humain
Et c'est ainsi, le minimum
Qui peut devenir le summum
Participer le moins possible
Faire sauter ses fusibles
Pour une décroissance irraisonnée
Pour une décroissance d'humanité
Quand tout devient dingue
Quand la réalité du capital nous tringle
Il n'y a pas la moindre innocence
Du capital, nous sommes la bombance !
Toi, moi, eux, elles, ils
Contre le capital, aucune action n'est futile
Au cimetière intercommunal de Clamart
Sur la tombe de feu Christelle et Michel, des anars
Avec des amitiés, nous irons nous recueillir
Au carré des souvenirs
Et du passé toujours présent, nous oserons encore rire !
Autrefois
Les bavures policières étaient blâmées
De nos jours, elles sont recommandées et encensées
Que le pouvoir se dise
De gauche, de droite, même bêtise
Et le Front National, ce populisme, ce fascisme
Est une roue de secours du capitalisme
Comme peut-l'être le gauchisme
Selon les époques et selon les lieux
Le capital a plusieurs dieux !
Le capital
A besoin de son personnel politique
Pour faire tourner sa boutique
Avec tous ses divertissements hypnotiques
Télévision, radio, artistes, scientifiques
Qui sont des collaborateurs politiques
Ainsi tous les gens connus
Sont des collaborateurs économiques
De n'importe quelle obédience politique
La marchandise des gens connus !
Le capital
C'est tout ce qui se vend et tout ce qui s'achète
Toutes les complicités, personne n'y est revêche
Volontairement ou involontairement de mèche
Le capital n'est pas si bête
Les gens connus en sont le ciment
De n'importe quelle tendance, c'est pas marrant
Ce sont les images d'un système dément
Comme toutes les fêtes du commerce
Païennes ou religieuses, une même kermesse !
Mais la bonne bouffe est réservée pour les riches
Pour les notables, pour les tyrans, pour les célébrités, pour les grands restaurants
Les beaux vêtements, les belles chaussures, les belles femmes, c'est pour leurs miches
Et aussi pour la domesticité du capital
Tout le personnel du monde politique, c'est banal
Pour les autres ou même pour les gens aisés, c'est plus chiche !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "


“Michel NOURY, anarchist, painter, funerary craftsman, are deceased.
Thanks for making follow the sad news to those and those which could know it.
The Palpitating one, released it… after two attacks in two years, this one will have been fatal to him.
It had been withdrawn with Thunder, in Burgundy, about fifteen year ago after the death of his Partner Christelle.
Michel NOURY was the brother of René Darras, which with Thomas Ibanez, had conceived in 1964 (Bulletin of connection and discussion libertarian Young people N° 48 of April 1964), of the A ringed, symbolizing the anarchism, and known today in the whole world.
Michel NOURY will have had a life filled well, anarchistic, it will have known the fight of the interior of the prisons.
Concurrently to its trade, funerary craftsman, he will have been a painter, creative, in addition author of videos on the memory of the anarchistic movement, on LEAVING Maurice…
Michel had many friends whom it accommodated at his place with heat and good conversation.”

(Fire Michel Noury is/was my neighbor across the landing
With Thunder, a homage raised on the Internet
By “the AZAS apodicticienNES” alias the uncontrolled ones
Nosotros.incontrolados, the friends of negative with work, it is not stupid
These people-there do not like me, notwithstanding, it is a very nice summary!
Michel had in fact contracted gastro-enteritis, but as he did not want to call
a doctor, and considering his health status very weak (it had an oxygen bottle) that
he was fatal, because he was hospitalized only the day before his death. He told me sometimes that the life
is a package of shit! afflicted for people who do not like the truth! )

They is three euros
It is not expensive
But is it what behind?
And still a purchase reactionary!
That comes from China
Where the prisoner under sentence of death curves the spine
A ball in full head
For him, that is never the festival
Pas de labour to be remunerated
Inevitably, it is not expensive, but not what to dress
Made in China
Made in India
Made in this or that
But it is what behind
If not all miseries
Thus, any purchase is reactionary!
And memory
Who plays us of the turns
The lapse of memory which deforms makes us its court
As for me
I am a king
Thus fire (1948-2014) appears of anarchy
The friend Michel Noury
It is by Radio Libertarian
That I had heard of him
An announcement of search for correspondence with him
Because it was in prison with the power station of Poissy
And not, as it was known as
For its libertarian pacifism
But for facts of the armed struggle
What was by this radio, dissimulated
With him, I laughed well about it!
All this was held at the beginning of the years four twenties
Lastly, I believe well
I corresponded with him
Many years, it is thus
To its coming out of prison
In 1986, with a party without name
Tens of people were found
To have fun, at the edge of a river
Lastly, it does not matter the dates
Because I show all my cards
I hear false libertarians and their calumnies
The dumb, it brings back very to him
Inevitably, since I attend anarchy!
And then I am a nomad
And my memory is quite insipid
Not often at home
Not always under the hand
My correspondence which makes law
Or my documents, it is not malignant
And if I sat down at table
Anarchistic medium, if I opened the portfolios
My position would not be bearable any more!
But it is exact inaccuracy
Better than inaccurate exactitude
They are the mysteries of the inexpressible one
That nothing can return in the visible one
It is like anarchy
That each individual made with his image
Groups, organizations, sects, of the pages and the pages
And other experts of the logomachy
We do all with our images
We put all our rages at it
We deform all
We interpret all
And thus we dirty all
Most beautiful theories
Finish thus in the dogmatic ideology
Capitalism is an anosmia
There is not, however
Two noses which is not different
Notwithstanding, it is the spectacular one integrated and its dregs!
Now
The market became electronic
Madoff (born in 1938) had understood it well, it is enough to a click
Trading of the chain of Ponzi
With the banks, it is ad infinitum
And the poor, always with the anguish!
Right before the storm
All appears quiet and wise
In truth it is always the storm
We are in the catastrophe
All is sad there, all is ugly there
Each day has its Sarajevo
June 28th, 1914, it is not beautiful
And all that I write
Is thus a kind of pornography
My words are like the drawings
Of fire (1890-1918) Egon Schiele, which showed the vaginae
And soon transport out of tube
And the technology which manufactures stupor
The skytran, Xplorair
And a day, New York Los Angeles, 45 minutes, jet lag
Communism for the rich person
Capitalism for the poor
All to share, all to give, scanty
And civil wars
Who are not even social any more
But religious or nationalist, hundred or thousand
To drown any social revolution!
Of near or by far
Any human action
Take part, no matter what it occurs
With the capital, if not very human
And it is thus, the minimum
Who can become height
To take part the least possible
To make jump its fuses
For an unreasoned decrease
For a decrease of humanity
When all becomes nutcase
When the reality of the capital lines out us
There is not least innocence
Capital, we are the beanfeast!
You, me, them, they, they
Against the capital, no action is futile
With the inter-commune cemetery of Clamart
On the tomb of fire Christelle and Michel, anarchists
With friendships, we will collect ourselves
With the square of the memories
And of the past always present, we will still dare to laugh!
Formerly
The police burs were blamed
Nowadays, they are recommended and incensed
That the power is said
Of left, right-hand side, even silly thing
And Front National, this populism, this Fascism
Is a spare wheel of capitalism
As can-the be the leftism
According to the times and the places
The capital has several gods!
The capital
Need of its political staff
To make turn its shop
With all its hypnotic Entertainment
Television, radio, artists, scientists
Who are political collaborators
Thus all known people
Are economic collaborators
Of any political obedience
Goods of known people!
The capital
It is all that is sold and all that is bought
All complicities, nobody is surly there
Voluntarily or involuntarily of wick
The capital is not so stupid
Known people are cement
Of any trend, it is not funny
They are the images of a lunatic system
Like all the festivals of the trade
Pagan or religious, the same village fair!
But good food is booked for the rich person
For the notable ones, the tyrants, the celebrities, the great restaurants
Beautiful clothing, the beautiful shoes, the beautiful women, it is for their round loaves
And also for the domesticity of the capital
All the staff of the political world, it is banal
For the others or even for easy people, it is more scanty!

Patrice Faubert (2014) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”