Comme toujours
Ce qui paraît dans le spectacle
Ne peut que renforcer le spectacle
Et c'est l'unité nationale
Contre la guerre sociale
Aux fanatiques religieux, c'est ainsi
Les Etats disent un grand merci
Car au lieu d'affaiblir l'Etat
Cela le renforce, c'est là la fonction de l'attentat
Et c'est l'unité des organisations et des partis
Contre la révolution et contre l'anarchie
L'unité de la fausse unité
Mais l'unité vraiment divisée
Il s'agit de tout bien récupérer
Car bientôt l'on va voter
Je ne suis pas Charlie
Je n'ai jamais été Charlie
C'est un journal de la bourgeoisie
Rien de bien méchant
Sauf pour des fanatiques religieux déments !
Mais il faut faire croire
A la liberté d'expression
Liberté d'expression des conditionnements, pour les bourgeoisies
Et non pas l'expression libérée des conditionnements, pour l'anarchie
Même si cette liberté d'expression
Est une chimère qui n'existe nulle part
L'humanité est manipulée et conditionnée
Partout
C'est la liberté
De n'avoir aucune liberté
C'est la liberté
De ne pas pouvoir s'exprimer
Ou alors, toujours et encore
Et quelque soit son bord
De dire et d'écrire des absurdités
De ne pas dire la vérité
De sa gueule, bien la fermer
Ou alors, toujours et encore
Répéter, imiter, ce que dit la télé
Des bourgeoisies, les éternelles valeurs
Tout ce qui fait la terreur
Mais cela n'est pas
Parce que des millions de gens sont d'accord sur une erreur
Que cette erreur en devient pourtant la vérité
Cet attentat profite tellement au capital international
Que sa stratégie le considère comme un moindre mal
Parfois le capital laisse faire
Les pires choses, si c'est indispensable pour ses affaires !
Et puis Charlie Hebdo
Oser le dire, c'est pas beau
Mais depuis de très nombreuses années
Cela est un fait, était un journal embourgeoisé
Il était lu par la bourgeoisie bohème
Que rien ne change vraiment, elle aime
Il était lu
Par un lectorat qui au cours des années
Avait de plus en plus changé
Cela n'était plus, certes, mais cela plaît
Celui que je lisais
Il y a une quarantaine d'années
Mais cela ne justifie en rien, cet attentat
Qui fut ignoble et si bas
Même s'il faut plaire à tout le monde, être à la page
Comme si l'on était un sage
Mais si le pouvoir en place
Comme tout pouvoir, un monstre de glace
Pour " Charlie Hebdo " et sa risible protection policière
Avait pu, par calcul politique, laisser-faire
Je le répète, il aurait laissé faire
Pour servir sa cause abominablement réactionnaire !
Tout est bon au capitalisme
Tout est bon à l'étatisme
Pour endoctriner, pour tromper
Tout peut servir, tout peut être utilisé
Surtout les terroristes religieux
Il n'y a pas plus fédérateurs qu'eux
Et au lieu de vulnérabiliser les Etats
Ils et elles ne font que les renforcer, voilà !
Et pendant ce temps-là
Le capital se sert et utilise un attentat odieux
Pour atomiser les luttes sociales, c'est mieux
Et comment vouloir se mélanger
A toute cette pourriture politicienne
Toute cette corruption si teigne
Nationale et internationale
Qui de toute tragédie fait sienne ?
Toutes les bourgeoisies sont dans la rue
Extrême gauche, gauche, droite, extrême droite
Et voilà toute la pensée étroite
Qui aura vomi son rut !
C'est tellement gros
Que là, personne ne crie au complot
C'est pourtant à vomir
Oui, j'ose le redire
Et un sentiment d'inappartenance
Où que j'aille, car partout c'est la démence
Et les anarchistes qui sont à la ramasse
Car partout la tyrannie qui les casse
Et puis à force de ne pas se montrer
De laisser aux diverses ordures, le pavé
Les pires infamies peuvent se perpétrer !
Et puis
Nous sommes si peu nombreuses et nombreux
Car l'anarchie personne ou presque n'en veut
C'est pourtant le seul espoir de l'humanité
Mais il n'y a déjà plus d'humanité
Comme il n'y a plus de réelle liberté
Et partout des douaniers et des policiers
Et maintenant il faut manifester
Avec le capitalisme et sa fausse unité
Et bien
Dans ce cas, chez moi, je préfère rester !
C'est ce qu'est devenu le syndicalisme
Une copie conforme du capitalisme
Des syndicats de policiers
Des syndicats de douaniers
Des syndicats de matons
Des syndicats de patrons
Des syndicats d'huissiers
Des syndicats de tortionnaires
Des syndicats de réactionnaires
Des syndicats d'ouvriers
Aux mains des bureaucrates
Des syndicats d'intellectuels et d'artistes
Aux mains de technocrates
Des syndicats de ceci ou de cela
Le tout à l'avenant, voilà
Ce sont les défenses du capital
Du niveau national ou international
Et puis de nouvelles générations dépolitisées
Sans conscience historique, sans conscience sociale
Des moutons qui se laissent tondre, rarement révoltés
Et que le capital conditionne et manipule sans aucun mal
C'est vraiment écoeurant
C'est vraiment sidérant
L'espèce humaine s'y vautre
Mais la planète Terre en a vu d'autres
Pour l'espèce humaine
C'est sans doute foutu
Tout le monde l'a lu
Tout le monde l'a vu
Le pire malheur, la surpopulation
La pire des bombes à fragmentation
Pour la planète Terre c'est différent
Tout peut repartir autrement
Sur des millions d'années, avec le temps
Tout est possible
Même l'invraisemblable, même l'indicible
Il aurait fallu
Que les gens s'organisent entre eux
Et qu'ils crachent tous les dieux
Sans aucune hiérarchie
Sans aucune idéologie
Sans aucune religion
Sans aucune compétition
Et s'il était encore temps
Cela serait le dernier moment
Avant le grand anéantissement !
Un mai 1968 tous les jours
De la ville au petit bourg
Car c'est encore et toujours
La police qui nous parle, matin, midi et soir
A la radio, à la télévision, dans les journaux, toute cette foire
Voilà le véritable et sournois terrorisme
Qui tous les jours massacre, c'est le capitalisme !
Il faut répudier
Tous les hommes politiques
Toutes les femmes politiques
Toutes les célébrités
Toutes les notoriétés
Toutes les représentations
Toutes les compétitions
Toutes les comparaisons
Toutes les organisations
Toutes les prisons
Toutes les religions
Toutes les idéologies
Tous les partis
Bref, toutes les autorités
Tout ce qui nous empêche de vivre
Tout ce qui à la pire horreur nous livre
Place à la véritable imagination
Place à la véritable création
Place à une inédite non organisation
Place à la démocratie directe
Tout le reste étant INFECT !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

As always
What appears in the show
Can only reinforce the show
And it is the national unit
Against the social war
To the religious fanatics, it is thus
The States say large a mercy
Because instead of weakening the State
That reinforces it, it is the function of the attack there
And it is the unit of the organizations and the parties
Against the revolution and anarchy
The unit of the false unit
But the really divided unit
It is all indeed recovering
Because soon one will vote
I am not Charlie
I was never Charlie
It is a newspaper of the middle-class
Nothing malicious good
Except for religious fanatics demented person!
But it is necessary to make believe
With freedom of expression
Freedom of expression of conditionings, for the bourgeoisies
And not the released expression of conditionings, for anarchy
Even if this freedom of expression
Is a dream which does not exist nowhere
Humanity is handled and conditioned
Everywhere
It is freedom
Not to have any freedom
It is freedom
Not to be able to express itself
Or then, always and still
And some is its edge
To say and write nonsenses
Not to tell the truth
Of its mouth, to close it well
Or then, always and still
To repeat, to imitate, which says the TV
Bourgeoisies, eternal values
All that makes terror
But that is not
Because million people is of agreement on an error
That this error however becomes the truth about it
This attack benefits the international capital so much
That its strategy regards it as a less evil
Sometimes the capital lets make
Worst things, if it is essential for its business!
And then Charlie Hebdo
To dare to say it, it is not beautiful
But since of very many years
That is a fact, was a become bourgeois newspaper
It was read by the Bohemian middle-class
That nothing really changes, she likes
It was read
By an assistantship which during years
Had changed more and more
That was not any more, certainly, but that likes
That which I read
About forty years ago
But that does not justify of anything, this attack
Who was wretched and so low
Even if it is necessary to like everyone, to be in the page
As if one were wise
But if power in place
Like any power, a monster of ice
For “Charlie Hebdo” and his laughable police protection
Had been able, by political calculation, laissez-faire
I repeat it, it would have let make
To serve to its cause reactionary abominably!
All is good with capitalism
All is good with the state control
To indoctrinate, mislead
All can be useful, all can be used
Especially religious terrorists
There is not more federator than them
And instead of vulnérabiliser States
They and they do nothing but reinforce them, here!
And during this time
The capital serves and uses an odious attack
To atomize the social struggles, it is better
And how to want to mix
All this politicking rot
All this corruption if tinea
Main road and international
Who of any tragedy endorses?
All the bourgeoisies are in the street
Far left, left, right-hand side, far right
And here is all the narrow thought
Who will have vomit his rut!
They is so large
That there, nobody shouts with the plot
It is to however vomit
Yes, I dare to repeat it
And a feeling of inappartenance
Where that I go, because everywhere it is the insanity
And the anarchists who are with collects
Because everywhere the tyranny which breaks them
And then by not show itself
To leave with the various refuse, paving stone
The worst infamies can be perpetrated!
And then
We are if not very many and many
Because anarchy nobody or almost wants some
It is however the only hope of humanity
But there is not already more humanity
As there is no more real freedom
And everywhere of the customs officers and the police officers
And now it is necessary to express
With capitalism and its false unit
And well
In this case, at home, I prefer to remain!
It is what became the trade unionism
A certified copy of capitalism
Trade unions of police officers
Trade unions of customs officers
Trade unions of screws
Trade unions of owners
Trade unions of ushers
Trade unions of the torture ones
Trade unions of reactionaries
Trade unions of blue-collar workers
With the hands of the bureaucrats
Trade unions of intellectuals and artists
With the hands of technocrats
Trade unions of this or that
The whole with the endorsement, here
They are defenses of the capital
National or international level
And then of depoliticized new generations
Without historical conscience, social conscience
Sheep which are let mow, seldom revolted
And that the capital conditions and handles without any evil
It is really nauseating
It is really striking
The mankind wallows there
But the planet Is in hiding saw others of them
For the mankind
It is undoubtedly ruined
Everyone read it
Everyone saw it
Worst misfortune, overpopulation
The worst of the cluster bombs
For planet it Is in hiding is different
All can set out again differently
On million years, with time
All is possible
Even the incredible one, even the inexpressible one
It would have been necessary
That people organize themselves between them
And that they spit all the gods
Without any hierarchy
Without any ideology
Without any religion
Without any competition
And if it were still time
That would be the last moment
Before the great destruction!
One May 1968 the every day
City with the small borough
Because it is still and always
The police which speaks to us, morning, midday and evening
With the radio, on television, in the newspapers, all this fair
Here the true one and underhand terrorism
Who the every day massacres, it is capitalism!
It is necessary to repudiate
All politicians
All political women
All celebrities
All notorieties
All representations
All competitions
All comparisons
All organizations
All prisons
All religions
All ideologies
All parties
In short, all authorities
All that prevented us from living
All that at worst the horror delivers to us
Place à la true imagination
Place à la true creation
Place with new not an organization
Place à la direct democracy
All the rest being REPUGNANT!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”