Rien
Ne vaut de se promener
Car il y souffle un vent de liberté
Dans une manifestation anarchiste
Malgré les provocations policières et fascistes
Là seulement est la fraternité
Par le capital et l'Etat, le monde est infecté
Il est donc bon de protester !
Cela est de tous lieux
Cela est de tous temps
Partout c'est le même feu
Tout est dément là où est l'argent
Cela n'est jamais d'hier
Ici ou là, quelques spasmes révolutionnaires
Un peu comme le jeu de tarot
Dès le quinzième siècle, il faut bien se distraire
Tarot princier ou tarot populaire
Il sait faire le faraud
Au dix-huitième siècle, tarot de Marseille
Son origine du tout pareil
Feu ( 1444 ou 1445- 1510 ) Botticelli, peintre italien
Feu ( 1433-1499 ) Marsile Ficin, philosophe italien
Furent du tarot parmi les principaux parrains
Les atouts sont leur domaine
C'est la course qu'ils mènent
Un air de renaissance
Pour de nouvelles stances
Mais tout a toujours été là
Tout s'affine davantage, voilà !
Comme le christianisme primitif
Qui fut adepte de végétarisme
Sans que cela fut comme un récif
Dès l'antiquité et avant, sans aucun sophisme
Mais toujours
Le flux et le reflux, éternel retour
Le présent au passé
Le passé au présent, tout est connecté
Comme la Rome de l'antiquité
Avec latrines et un million de gens
La densité y était infernale, c'était affolant
Des cadavres mangés par les chiens
60.000 décès par an, au moins
Mais cette cité ne fit pas le lien
De l'assainissement pour contrer la maladie
Des excréments, des virus, des bactéries
Comme dans certains pays
Encore même aujourd'hui
Et 50.000 kg de fèces par jour
Pas de papier toilette, de l'anus et de son pourtour
La fosse d'aisance c'était le démon
Mauvaises odeurs confondues avec la contagion
L'ignorance de l'artefact
L'artefact de l'ignorance
C'est ce qui fait toute intolérance
Un peu comme à Bletchley Park
Avec un personnel de marque
Milliers d' employés, il fallait décrypter
Les codes allemands, il fallait casser
Comme la machine Enigma des nazis
Au fonctionnement difficilement compris
Par feu ( 1912-1954 ) le marathonien mathématicien Alan Turing
Et feu ( 1905-1998 ) l'ingénieur Thomas Flowers, dring dring
Et tous deux tinrent meeting
Des tas de milliards de combinaisons possibles
Mais aux pères de l'informatique, rien d'impossible
Tous les deux furent oubliés
Tous les deux furent moqués
Et l'un d'eux, homosexuel, fut chimiquement castré
Une ingratitude parfaitement inadmissible
Ou sur le très tard, encore plus risible !
Mais déjà dans les années 1940
Propagande information
Propagande désinformation
Information de la désinformation
Désinformation de l'information
Où le faux est comme vrai
Où le vrai est comme faux
Et où tout est top secret
Et où personne ne sait
De nos jours
Le secret n'est plus un secret
C'est justement cela le secret
Chaque pays le sait
Chaque pays le fait
Le secret n'est plus vraiment secret
Mais seul le secret le sait
Ou alors des secrets de Polichinelle
Devinés par toi, moi, eux, ils, elles
Car tout s'explique
A tout, une marque de fabrique
D'accord, je comprends
Je n'avais pas songé à cela, simplement
Et pas de feu ( 1853-1890 ) Vincent van Gogh
Si le premier Vincent van Gogh
N'était pas mort-né
Dans la douleur, les parents voulurent le remplacer
Et tant d'histoires similaires qui nous sont cachées
Et qui beaucoup de choses permettraient d'élucider
Car pour les autres
Dont nous sommes les apôtres
Nous sommes les autres
Nous sommes les gens, cela abonde
Des autres, nous sommes les autres
Mais alors, qui sont les autres ?
Comme être l'autre en France
Ce pays du retard et de la carence
C'est en y marchant
C'est en le traversant
Que le constat se fait, un pays peu accueillant
Surtout en Haute-Savoie
Ou dans le Sud-Est, comme une loi
Le pays des droites
Le pays de la pensée étroite
Surtout pour les étrangers
Racistes, fascistes, veulent les chasser
Ou alors il faut bien penser
Pour le " Front National " il faut voter
Pourtant au pouvoir, déjà sont leurs idées
Comme tout grandit
Sur les débris et déchets des villes
Tout se transforme, rien n'est vil
Il en va ainsi, aussi, pour le bien, pour le mal
Pour l'Histoire politique et sociale
Les poubelles de l'Histoire
Celles qu'on veut ne pas croire
Poubelles où il y a peu de rebelles
Où c'est toujours le bas de l'échelle
A qui l'Histoire cherche la querelle
La marchandise cache l'acrophobie
Car la marchandise c'est un grand vide
Des suicides, accidents, misères, elle est avide
Et pourtant jamais ce n'est le bide
Il faudrait nettoyer nos têtes
De toutes les bêtises qui nous hébètent
Comme le nettoyage des rues
Sur des ordures, tout construit, fut
Nous marchons et nous vivons
Sur des déchets et ordures, inévitable continuation
Sans compter
Dans les mers et dans les océans, tout ce qui a été jeté !
Le capital
Est une stratégie de communication
Qui est aussi la communication de la stratégie
Le capital
Est un trafic d'influence
Qui est aussi l'influence du trafic
Spin doctors, mercenaires du capital
Vendre des guerres, des opinions, faire du fric
Ce sont finalement des publicitaires
Stipendiés à tous les groupes réactionnaires
Guerres des images, images des guerres
Agents d'influence
Influence des agents
Auprès des femmes et hommes politiques, des présidents
Où tout est interchangeable et polyvalent
Comme de la fausse spontanéité
Où de A à Z tout est contrôlé
Où de A à Z tout est manipulé
Pour les tyrans, l'esclave salarié doit voter
En France et dans tous les autres pays
Il en va plus que jamais ainsi
Pendez-les haut et court
Toute cette infamie, toute cette cour
A la conscience, cela vient à l'esprit
Bas cette vermine et vive l'anarchie !
Tout est devenu comme à New York, dans le passé
A une époque où le crime organisé
A la police était étroitement associé
Comme l'idiotie raciale alors que l'économie ne peut s'en passer
Des vrais bâtisseurs que sont les travailleurs étrangers
Si mal payés et rarement de vrais retraités
Ainsi en 1973, 1.800.000 travailleurs étrangers
A la construction de la France ont participé
Comme les chibanis, mais en géographie
Aucune nationalité, aucun pays
Et des étrangers par rapport à quoi et à qui
Être étranger ne veut rien dire en anarchie !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Nothing
Is not worth to walk
Because it blows a wind of freedom there
In an anarchistic demonstration
In spite of the police and fascistic provocations
There only is fraternity
By the capital and the State, the world is infected
It is thus good to protest!
That is of all places
That is at all times
Everywhere it is same fire
All is lunatic where is the money
That is never of yesterday
Here or there, some revolutionary spasms
A little like the game tarot
As of the fifteenth century, it is necessary well to be distracted
Princely tarot or popular tarot
It can make the boastful one
With the eighteenth century, tarot of Marseilles
Its origin of the similar whole
Fire (1444 or 1445 - 1510) Botticelli, Italian painter
Fire (1433-1499) Marsile Ficin, philosophizes Italian
Were tarot among the principal godfathers
The assets are their field
It is the race which they carry out
An air of rebirth
For new stanzas
But all always was there
Very refines itself more, here!
Like primitive Christianity
Who was follower of vegetarianism
Without that being like a reef
As of antiquity and front, without any sophism
But always
Flow and the backward flow, eternal return
Present at the past
The past at the present, all is connected
Like Rome of antiquity
With latrines and a million people
The density was infernal there, it was distracting
Corpses eaten by the dogs
60,000 deaths a year, at least
But this city did not establish the link
Cleansing to counter the disease
Excrements, viruses, bacteria
As in certain countries
Still even today
And 50,000 kg of deposit per day
Pas de toilet paper, of the anus and its circumference
The cesspool it was the demon
Bad smells confused with the contagion
The ignorance of the artifact
The artifact of ignorance
It is what makes any intolerance
A little as in Bletchley Park
With a staff of brand
Thousands of employees, it was necessary to decipher
The German codes, it was necessary to break
Like the machine Enigma of the Nazis
With operation not easily understood
By fire (1912-1954) the marathonian mathematician Alan Turing
And fire (1905-1998) engineer Thomas Flowers, dring dring
And both held meeting
Billion heaps combinations possible
But with the fathers of data processing, nothing impossible
Both were forgotten
Both were made fun
And one of them, homosexual, was chemically castrated
A perfectly inadmissible ingratitude
Or on very late, even the most laughable!
But already in the years 1940
Propaganda information
Propaganda misinformation
Information of the misinformation
Misinformation of information
Where the forgery is like truth
Where truth is like forgery
And where all is top secrecy
And where nobody knows
Nowadays
The secrecy is not any more one secrecy
It is precisely that the secrecy
Each country knows it
Each country does it
The secrecy is not really any more secret
But only the secrecy knows it
Or then of an open secret
Guessed by you, me, them, they, they
Because is very explained
All, a trademark
Of agreement, I understand
I had not thought of that, simply
And not of fire (1853-1890) Vincent van Gogh
If the first Vincent van Gogh
Was not still-born child
In the pain, the parents wanted to replace it
And so much of similar stories which are hidden to us
And which many things would make it possible to elucidate
Because for the others
We are the apostles
We are the different ones
We are people, that abounds
Others, we are the different ones
But then, which is the different ones?
Like being the different one in France
This country of the delay and the deficiency
It is while going there
It is while crossing it
That the report is done, a not very accessible country
Especially in Haute-Savoie
Or in South-east, like a law
Country of the right-hand sides
Country of the narrow thought
Especially for the foreigners
Racists, fascists, want to drive out them
Or then it is necessary well to think
For “Front National” it is necessary to vote
However with the power, already are their ideas
As all grows
On the scrap and waste of the cities
All changes, nothing is not cheap
It goes from there thus, also, for the good, the evil
For the political and social History
Dustbins of the History
Those which one wants not to believe
Dustbins where there are few rebels
Where it is always the bottom of the scale
With which it History seeks the quarrel
The goods hiding place fear of heights
Because the goods it is a great vacuum
Suicides, accidents, miseries, it is avid
And yet never it is not the belly
Our heads would have to be cleaned
Of all the silly things which stupefy us
Like the cleaning of the streets
On refuse, all built, was
We walk and we live
On waste and refuse, inevitable continuation
Not counting
In the seas and the oceans, all that was thrown!
The capital
Is a communication strategy
Who is also the communication of the strategy
The capital
Is a trading of favours
Who is also the influence of the traffic
Spin doctors, mercenaries of the capital
To sell wars, opinions, to make money
They are finally advertising executives
Bribed with all the groups reactionaries
Wars of the images, images of the wars
Agents of influence
Influence of the agents
Near the women and politicians, presidents
Where all is interchangeable and general-purpose
Like false spontaneousness
Where of A to Z all is controlled
Where of A to Z all is handled
For the tyrants, the paid slave must vote
In France and in all the other countries
It goes from there more than ever thus
Hang them high and short
All this infamy, all this court
With the conscience, that comes to mind
Low this vermin and lives anarchy!
All became as in New York, in the past
At one time when the organized crime
With the police was closely associated
As racial idiocy whereas the economy cannot occur some
True builders who are the foreign workers
So badly paid and seldom of reprocessed truths
Thus in 1973, 1,800,000 foreign workers
In the construction of France took part
Like the chibanis, but in geography
No nationality, no country
And from abroad compared to what and with which
To be foreign wants nothing to say in anarchy!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”