Où va se nicher la génétique
Aux Etats-Unis, elle est frénétique
Aussi les diverses homosexualités
Veulent le croire, pour être tolérées
Car ainsi, rien à y faire
Cela fait taire les réactionnaires
Il n'y a pourtant aucun gène de l'homosexualité
Pas plus d'ailleurs, que pour une autre sexualité
Le crétinisme seul peut croire une telle absurdité !
C'est pourtant moins important
Que ce qui compte vraiment
Comme la guerre de l'eau en Asie Centrale
Et la disparition de la mer d'Aral
Avant, elle atteignait en profondeur, huit mètres
De nos jours, c'est tout simplement, zéro mètre
Kazakhstan, Ouzbékistan
Turkménistan, Tadjikistan, Kirghizstan
Cinq anciennes républiques soviétiques
Il y a comme un hic
C'est le désert de sel
Zones entières de croûte de sel
Comme l'amiante, de la neige
L'usine aussi à sa neige
D'ici à 2050, 100.000 décès
Cela malgré tous les procès
Impunité généralisée
Quand la société se sent déresponsabilisée
Et les industriels continuent de tuer
Comme Saint-Gobain ( 1665 ) géant de l'amiante
Et que tout mensonge aimante
Plaques pleurales et le mésothélium
Travailler dans le cancer, le summum
Et pour désamianter une cuisine
Car l'industrie n'est pas fine
C'est 8000 euros et donc plus d'amiante
C'est 1000 euros si on laisse l'amiante
Comme dans tout et en tout
Tout est construit au moindre coût
Et il faudra au moins
Au minimum, cela n'est pas rien
30 ans pour tout désamianter
Dans toute construction de jadis ou presque, l'amiante institué
Un scandale toujours continué
Et tant de mortes et de morts, pour enfin arrêter !
Il y aura 10 à 11 milliards d'êtres humains
Au minimum, en 2050, cela n'est pas bien
Car déjà 45 pour cent des sols sont épuisés
Car il ne faudrait pas labourer
Rien de tel, pour le sol, l'empêcher de s'aérer
Avec les engrais, trop d'azote
Agriculture intensive et sotte
800 millions de personnes en sous-nutrition
Toujours et encore les problèmes de l'alimentation
Et aussi la pollution électromagnétique
De tous les champs électromagnétiques
Ce sont nos sols urbains
Sans vouloir faire le malin
Tous nos signaux numériques
Stations de base, antennes relais
Ondes électromagnétiques qui nous balaient
C'est l'appareillage ménager, la télévision, wifi, la radio
Pour quelques gens cela fait bobo
Et des tumeurs au cerveau
Certes, cela n'est pas vraiment ostensible
Sauf pour les EHS, les électrohypersensibles
Et des ondes, je ne fais le fou
Car les géobiologistes en trouvent partout !
Déjà 7 milliards de téléphones cellulaires
Sur notre planète Terre
Il y a plus de téléphones portables
Que des télévisions ou autres gadgets, c'est notable
2000 personnes électrohypersensibles en France
Cela se discute, pas encore une évidence
En attendant que cela devienne banal
Peut-être, trop profond, est le mal
Et le travail de la misère
C'est la misère du travail
1 français sur 3 travaillerait au noir
Pour les cotisations sociales, c'est la foire
En 2012, 20 milliards d'euros
En moins pour la collectivité, c'est ballot
Car c'est de la retraite en moins
C'est donc pas si malin
Car de plus, il faut avoir cotisé
Pour un jour devenir retraité
C'est du travail dissimulé
Du personnel sous-payé
Du capital et de sa perversité
Et des prospectus à distribuer
Pour une petite retraite, la compléter
Travail noir, travail gris
L'exploitation à l'infinie
Il faut abolir le patronat
Il faut abolir le prolétariat
Il faut abolir le salariat
Un autre monde, il faut, voilà !
Car tout ne fait qu'empirer
Comme aujourd'hui à Saint-Tropez
Jadis, c'était beaucoup plus populaire
Qu'aujourd'hui, une gauche moins réactionnaire
Certes, il y avait l'inévitable bourgeoisie artistique
Saint-Germain-des-Prés y faisait sa gymnastique
Que de nos jours, moins antipathique
Avec les investisseurs et les entrepreneurs
20.000 euros le mètre carré, le fric en chaleur
Authentique sous-humanité qui fait le malheur
De tous les anciens et nouveaux pêcheurs
Plus aucune classe scolaire
C'est le tout réactionnaire
Des villas, des piscines, des hélicoptères
Et donc le pêcheur d'hier
Se meurt, il n'a plus d'air !
C'est ce qui se passe dans le monde entier
Les bourgeoisies riches veulent tout s'accaparer
Ce sont tous ces gens qui nous empêchent de vivre
Qui ne méritent pas de vivre !
Il faudrait tous les manger
Redevenir des cannibales
A une époque cela n'était pas un mal
Ainsi avec une crise climatique
Il y a 6 à 7000 ans environ, cannibalisme endogamique
Cannibalisme exogamique
Alimentaire, funéraire, rituel, religieux
Parfois pour apaiser les dieux
Comme chez les Aztèques
Sacrifices humains, drôles de mecs
Et encore des traces
Il y a 2600 ans, ne pas se voiler la face
Là, du cannibalisme rituel
Pour ils, eux, elles
S'approprier la force du mort
S'en faire un bon sort
Bref
Des tas de cannibalisme
Sans faire d'anthropologisme
Rituel, alimentaire, religieux, funéraire
Bouillon de moelle, il faut l'extraire
40 kg de viande à récupérer
Sur un être humain, de quoi manger
Quand l'être humain était de la viande
Pour tout estomac une belle offrande
Un goût de boeuf
Certes, c'était pas de l'oeuf
Parfois par effondrement de la structure sociale
Ou quand la faim au ventre fait trop mal
Quand c'est la guerre ou la famine, phénomène local
Et c'est seulement en 1956, et oui
Que le cannibalisme fut interdit
Par le gouvernement, en Papouasie-Nouvelle-Guinée
Il est facile de le vérifier
Et plus facile à prouver
Que le cou de la girafe, pour s'alimenter
Et non pas pour la sexualité
Ce qui reste à confirmer
Mais la raison biométrique
Et cela n'est pas une absurde statistique
Ce sont les termites, personne ne peut le contester
Que l'on me pardonne d'être si laconique
Mais mon écriture
Qui fait parfois les ordures
N'est pas un cercle d'Einstein, un cercle parfait
Le mien est beaucoup plus niais !
En 1015, un savant arabe, déjà, un traité d'optique
Moi, cela n'est que de la poétique
Moi, cela n'est que de la paraphysique
Comme un fond diffus cosmologique
99,9 pour cent de la lumière
Tout à fait extraordinaire
C'est du photon solaire
500 secondes, du soleil à notre Terre
Pour le photon cosmique
Pas vraiment la même musique
La plénitude de l'univers est anarchie
L'anarchie de la plénitude de l'univers
Sous la jupe du cosmos
A notre entendement c'est un os
De si beaux dessous
Qui nous rendent folles et fous
Et tout ce qui empêche la vie
C'est la vie qui nous conchie
Toutes les religions, toutes les politiques, toutes les idéologies
En vérité, je vous le dis
La plénitude de l'univers, c'est l'anarchie !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "


Where the genetics will nest
In the United States, it is frantic
Also various homosexualities
Want to believe it, to be tolerated
Because thus, nothing to make there
That made conceal the reactionaries
There is however no gene of homosexuality
Not besides, than for another sexuality
The stupidity alone can believe such a nonsense!
It is however less important
That what really counts
Like the war of water in Central Asia
And the disappearance of the sea of Aral
Front, it reached in-depth, eight meters
Nowadays, it is quite simply, zero measures
Kazakhstan, Uzbekistan
Turkmenistan, Tajikistan, Kyrgyzstan
Five former Soviet republics
There is like difficulty
It is the salt desert
Whole zones of salt crust
Like asbestos, snow
The factory also with its snow
By 2050, 100,000 deaths
That despite everything the lawsuits
Generalized impunity
When the company feels deresponsabilized
And the industrialists continue to kill
Comme Saint-Gobain (1665) giant of asbestos
And that any lie loving
Pleural plates and mésothélium
To work in cancer, height
And to remove the asbestos from a kitchen
Because industry is not fine
They is 8000 euros and thus more asbestos
They is 1000 euros if asbestos is left
As in all and in all
All is built with the lower costs
And it will be necessary at least
At least, that is nothing
30 years for all to remove the asbestos from
In any construction of formerly or almost, instituted asbestos
An always continued scandal
And of died so much and deaths, for finally stopping!
There will be 10 to 11 billion human beings
At least, in 2050, that is not well
Because already 45 percent of the grounds are exhausted
Because one would not have to plow
Nothing like it, for the ground, to prevent it from airing itself
With manures, too much nitrogen
Intensive farming and stupid
800 million people in malnutrition
Always and still problems of the food
And also electromagnetic pollution
Of all the electromagnetic fields
They are our urban grounds
Without wanting to make the malignant one
All our digital signals
Base stations, antennas relay
Electromagnetic waves which sweep us
It is domestic equipment, television, wifi, the radio
For some people that hurt
And of the brain tumours
Admittedly, that is not really open
Except for the EHS, the électrohypersensibles ones
And of the waves, I do not make gives it
Because the geobiologists find some everywhere!
Already 7 billion cell-phones
On our planet Is in hiding
There are more mobile phones
That televisions or other gadgets, it is notable
2000 électrohypersensibles people in France
That is discussed, not yet an obviousness
While waiting for that becomes banal
Perhaps, too deep, is the evil
And the work of misery
It is the misery of work
1 French out of 3 would work with the black
For the social security contributions, it is the fair
In 2012, 20 billion euros
In less for the community, it is bundle
Because it is retirement in less
It is thus not so malignant
Because moreover, it is necessary to have subscribed
For one day to become reprocessed
It is dissimulated work
Of underpaid staff
Capital and of its perversity
And of the leaflets to be distributed
For a small retirement, to supplement it
Undeclared employment, gray work
Exploitation with the infinite one
Employers should be abolished
The proletariat should be abolished
Wage-earning should be abolished
Another world, it is necessary, here!
Because all does nothing but worsen
As today in Saint-Tropez
Formerly, it was much more popular
That today, a left minus reactionary
Admittedly, there was the inevitable artistic middle-class
Saint-Germain-of-meadows made its gymnastics there
That nowadays, less antipathetic
With the investors and the entrepreneurs
20,000 euros the square meter, the money in heat
Authenticate subclass of humanity which makes misfortune
Of all the old ones and new fishermen
More no school class
It is the whole reactionary
Villas, swimming pools, helicopters
And thus the fisherman of yesterday
Dies, it does not have more air!
It is what occurs in the whole world
The rich bourgeoisies want to be very monopolized
They are all these people who prevent us from living
Who do not deserve to live!
They would have all to be eaten
To become again of the cannibals
At one time that was not an evil
Thus with a climatic crisis
There are 6 to approximately 7000 years, cannibalism endogamic
Cannibalism exogamic
Food, funerary, ritual, religious
Sometimes to alleviate the gods
As at the Aztec ones
Human, funny sacrifices guys
And still of the traces
2600 years ago, not to veil the face
There, ritual cannibalism
For they, them, they
To adapt the force of death
To be made a good fate of it
In short
Heaps of cannibalism
Without making anthropologism
Ritual, food, religious, funerary
Stock of marrow, it should be extracted
40 kg of meat to be recovered
On a human being, what to eat
When the human being was meat
For any stomach a beautiful offering
An ox taste
Admittedly, it was not egg
Sometimes by collapse of the social structure
Or when the hunger with the belly makes too badly
When it is the war or the famine, local phenomenon
And it is only in 1956, and yes
That the cannibalism was prohibited
By the government, as Papua New Guinea
It is easy to check it
And easier to prove
That the neck of the giraffe, to feed
And not for sexuality
What remains to be confirmed
But biometric reason
And that is not a statistical absurdity
They are the termites, nobody cannot dispute it
That one forgives me to be so laconic
But my writing
Who makes sometimes the refuse
Is not a circle of Einstein, a perfect circle
Mine is much more denied!
In 1015, an Arab scientist, already, a treaty of optics
Me, that is only of the poetic one
Me, that is only of the paraphysique one
Like a cosmological diffuse bottom
99.9 percent of the light
Completely extraordinary
It is solar photon
500 seconds, of the sun to our Ground
For the cosmic photon
Not really same music
The plenitude of the universe is anarchy
The anarchy of the plenitude of the universe
Under the skirt of cosmos
With our understanding it is a bone
Of so beautiful lower parts
Who return to us insane and insane
And all that prevented the life
It is the life which us conchie
All religions, all policies, all ideologies
In truth, I tell you
The plenitude of the universe, it is anarchy!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”