La pauvreté
C'est la personne sous curatelle
La pauvreté
C'est la personne sous tutelle
Cela renvoie aussi
Pas toujours, mais parfois, à la psychiatrie
La solitude, l'alcoolisme, la souffrance psychique
Riches ou pauvres, avec son spécifique
La pauvreté
C'est la délinquance, la prison
La bagarre, la violence, l'exclusion
La pauvreté sexuelle
La pauvreté intellectuelle
La pauvreté matérielle
La pauvreté spirituelle
La pauvreté affective
Partout la pauvreté est effective
Pas seulement le clochard
Mais aussi le richard
La pauvreté est multifactorielle
La pauvreté est multivectorielle
Tout étant en interaction
La pauvreté est une contamination
Et tous et toutes
Nous respirons, somme toute
Des molécules chimiques toxiques
Des dizaines de milliers de substances chimiques
C'est maintenant notre environnement
Il faudrait une détoxification
Allergies, asthme, trois fois plus en quarante ans
Pollution de l'air, surpopulation
Toutes les particules pathologiques
Grandes villes chinoises, Mexico, c'est tragique
Mais aussi d'autres villes comme Paris
Dans la pollution aucune ville ne s'envie
Mais notre métagnomie
Est sous anesthésie, et de tout, fait fi !
Comme aussi la pauvreté
Qui nous empêche de nous déplacer
Et à résidence, nous sommes assignés
Et c'est chez soi où c'est encore le plus pollué
Bougies, encens, plantes et donc moisissures
Il vaut mieux éviter
Et surtout toujours aérer
Le monde est comme une ordure
Nous en sommes les poubelles, cela est sûr
Ce monde est un totalitarisme
Mot inventé vers 1927, par la démocratie catholique
Tellement le fascisme mussolinien était frénétique
En ce domaine nous pouvons lui faire confiance
Le totalitarisme c'est son domaine, sa science
Bien avant les djihadistes
L'extrême droite de l'extrême droite, ô salafistes
Et Daech qui monte en puissance
Invasion, retrait, USA en obsolescence
L'impérialisme américain a fait son marché
La haine entre chiites et sunnites, bien attisée
Et tout ce fanatisme religieux
Militairement formé par d'anciens baasistes, encore eux
Cela est finalement dans ces pays
Où la pire calamité est l'anarchie
Comme quoi
Il y a toujours pire, ma foi
Comme aussi le RU 486 ( né en 1926 ) du professeur Baulieu
Cette mifegyne détestée par leur dieu
Par tous les catholiques fanatiques et tous les fascistes
Et pas simplement par des illuminés islamistes
Et partout dans le monde, des guerres civiles
Qui ne tuent jamais tous les imbéciles
RU 486, médicament pour avorter
Qui évite aux femmes de se charcuter
Et qui pour s'imposer
De nombreuses années, il lui fallut lutter
Médicament dont toutes les possibilités
Ne furent jamais exploitées
A cause de son utilisation abortive
Dont l'autorisation n'est jamais définitive
Cette hormone de la femme, progestérone
A l'humanité n'est pas si bonne
Cela fait de la surpopulation
Il faut donc l'avortement et la contraception
Et ne pas confondre aussi, l'orthogénie
Avec le fait d'enlever la vie
La vie ? quelle vie ?
Misère, pauvreté, souffrance
Mieux vaut ne pas naître, une évidence
Ou alors, naître en anarchie
Mais pour la plupart des gens, c'est l'utopie
Et c'est encore au Texas
Où à la bêtise, il y a plein d'as
Que sont les partisans
De cette monstruosité qu'est l'anti-avortement
La mafia de toute église
Toute église politique ou religieuse est une mafia
Une femme et ce toutes les huit minutes
Meurt d'un avortement clandestin, mais chut
Alors que si cela était vraiment légal
Aucune mortalité car cela serait banal !
La pauvreté d'un monde
Tous et toutes dans sa ronde
Des médicaments antibiotiques
Ovins, bovins, autres, humains
Comme une sarabande frénétique
Tout se déversant dans les rivières, et autres, c'est malin
Tout est dans tout
Le sage comme le fou
Parfois
Le fou est le sage
Le sage est le fou
La marchandise nous colonise
La technologie nous colonise
Nous en sommes l'idéalité
Nous en sommes l'autorité
Dans notre si hypocrite altérité
C'est comme pour l'indépendance
6 août 1962, une stance
La Jamaïque du rastafari
Est une musique hybride
Des célébrités qui en tiennent la bride
Ska, Jazz, rhythm and blues, calypso
Et l'herbe sacrée, voilà le reggae, et tout est beau
Dès 1930, la religion abrahamique rastafari
Mouvement de libération des colonies
Pour l'émancipation contre l'esclavage
Hélas, toute religion fait des ravages
Musique de résistance
Résistance de la musique
Au système oppressif contre les noirs
Babylone, il faudrait être poire
Quand le colon anglais menait tout à la trique !
Et puis, finalement
Une élite néocoloniale, décidément
Nouvelle bourgeoisie, la peau plus claire
Pour remplacer les anciens tortionnaires !
Un monde pauvre
Pauvre monde, pour riches et pauvres
Richesse de la pauvreté
Pauvreté de la richesse
Tout est vraiment à faire, tout est à inventer
Présentement, il n' y a rien à jalouser !
Pour le pauvre, aucune ou presque, vie sexuelle
Pour le riche, tout est prostitué, les séquelles
Comme les transports
En 1938, voilà la SNCF, cela aurait dû être gratuit
Pour l'avion, le bus, le métro, le tramway, le car, aussi
Et ce dans toute la France
Et dans le monde entier, sans outrecuidance
Sans aucun papier
Sans devoir en rien se justifier
Mais trains pour riches
Mais trains pour pauvres
Lignes supprimées, autocars
Lignes pas entretenues, délaissées, toujours du retard
Pour les pauvres, précaires, chômeurs
Pour les riches, TGV, même pas à l'heure
Le capital est radin
Le capital est mesquin
La religion, l'idéologie, l'autorité, la compétition
De la misère, de la guerre
Avec leurs bureaucrates et leurs technocrates
Un jour, la pauvreté, avec leurs têtes, jouera aux cartes
Tout est si finement interconnecté
Méthodes substitutives, alternatives, pour ne plus tuer
L'expérimentation animale, autre chose, pour nous soigner
Pourtant, nature, chasse, pêche, tradition
Pas mieux que la vivisection
Pour maigrir, une autre alimentation
Pas de régime, à long terme, c'est du bidon
Marcher beaucoup ou marche athlétique
Depuis 35 ans, c'est ma pratique
177 cm, 64000 grammes, 64 ans
Je ne suis pas encore sénescent
Donc, manger en arrivant vite à satiété
Bien apprécier ce qui est mangé
Cela dit, être gros ou ovale
Est comme un signe de réussite sociale pour le capital
Comme un portefeuille bien garni
Le capital contraire de la vie
Le capitalisme est obésogène
Le capitalisme est criminogène !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Poverty
It is the person under trusteeship
Poverty
It is the person under supervision
That returns too
Not always, but sometimes, with psychiatry
Loneliness, alcoholism, the psychic suffering
Rich person or the poor, with his specific
Poverty
It is the delinquency, the prison
The brawl, violence, exclusion
Sexual poverty
Intellectual poverty
Material poverty
Spiritual poverty
Emotional poverty
Everywhere poverty is effective
Not only the tramp
But also the Richard
Poverty is multifactorielle
Poverty is multivectorielle
All being in interaction
Poverty is a contamination
And all and all
We breathe, altogether
Toxic chemical molecules
Tens of thousands of chemical substances
It is now our environment
A detoxification would be needed
Allergies, asthma, three times more in forty years
Air pollution, overpopulation
All pathological particles
Chinese big cities, Mexico City, it is tragic
But also of other cities like Paris
In pollution no city is envied
But our metagnomy
Under anaesthesia, and of all, is despised!
As also poverty
Who prevented us from moving us
And with residence, we are assigned
And it is at home where it is still polluted the most
Candles, incense, plants and thus moulds
It is to better avoid
And especially always to air
The world is like a refuse
We are the dustbins, that is sure
This world is a totalitarianism
Word invented around 1927, by the catholic democracy
So much Fascism mussolinien was frantic
In this field we can trust to him
Totalitarianism it is its field, its science
Well before the Jihadists
Far right of the far right, ô Salafist
And Daech which goes up in power
Invasion, withdrawal, the USA in obsolescence
The American imperialism made its market
Hatred between Shiites and Sunnits, poked well
And all this religious fanaticism
Militarily formed by old Ba'th, still them
That is finally in these countries
Where the worst calamity is anarchy
Like what
There is always worse, my faith
As also RU 486 (born in 1926) of professor Baulieu
This mifegyne hated by their god
By all the fanatic catholics and all the fascists
And simply by the enlightened islamist ones
And everywhere in the world, of the civil wars
Who never kill all the imbeciles
RU 486, drug to fall through
Who avoids with the women butchering himself
And which to impose itself
Many years, it was necessary for him to fight
Drug of which all possibilities
Were never exploited
Because of its abortive use
Whose authorization is never final
This hormone of the woman, progesterone
With humanity is not so good
That made of overpopulation
One thus needs the abortion and contraception
And not to also confuse, family planning
With the fact of removing the life
Life? which life?
Misery, poverty, suffering
Better is worth not to be born, an obviousness
Or then, to be born in anarchy
But for most people, it is the Utopia
And it is still in Texas
Where with the silly thing, there is full with ace
That are the partisans
Of this monstrosity which is the anti-abortion
The Mafia of any church
Any political or religious church is a Mafia
A woman and this every eight minutes
Dies of a clandestine abortion, but hush
Whereas if that were really legal
No mortality because that would be banal!
The poverty of a world
All and all in its round
Antibiotic drugs
Sheep, cattle, others, human
Like a frantic saraband
All flowing in the rivers, and others, it is malignant
All is in all
The wise one like the insane one
Sometimes
The insane one is the wise one
The wise one is gives it
The goods colonize us
Technology colonizes us
We are the ideality
We are the authority
In our so hypocritical otherness
It is as for independence
August 6th, 1962, a stanza
Jamaica of the rastafari
Is a hybrid music
Celebrities who hold the support of it
Ska, Jazz, rhythm and blues, Calypso
And bleaches on grass it crowned, here is the reggae, and all is beautiful
By 1930, the abrahamic religion rastafari
Liberation movement of the colonies
For the emancipation against slavery
Alas, any religion makes devastations
Music of resistance
Resistance of the music
With the oppressive system against the blacks
Babylon, it would be necessary to be pear
When the English colonist led all to the cudgel!
And then, finally
A neocolonial elite, definitely
New middle-class, clearer skin
To replace the old of torture ones!
A poor world
Poor world, for rich person and the poor
Wealth of poverty
Poverty of the wealth
All is really to make, all is to be invented
At present, there is nothing to be jealous of!
For the poor one, no or almost, sex life
For the rich person, all is male prostitute, the after-effects
Like transport
In 1938, here is the SNCF, that should have been free
For the plane, the bus, the subway, the tram, the bus, too
And this in all France
And in the whole world, without impertinence
Without any paper
Without having of anything to justify itself
But trains for rich person
But trains for the poor
Removed lines, coaches
Lines maintained, not forsaken, always of the delay
For the poor, precarious, unemployed
For the rich person, TGV, even not per hour
The capital is skinflint
The capital is petty
The religion, the ideology, authority, the competition
Misery, war
With their bureaucrats and their technocrats
One day, poverty, with their heads, will play cards
All is so finely inter-connected
Methods substitute, alternative, not to kill more
The animal experimentation, another thing, to look after us
However, nature, drives out, fishing season, tradition
Not better than vivisection
To lose weight, another food
Pas de mode, in the long run, it is can
To go much or goes athletic
For 35 years, it has been my practice
177 cm, 64000 grams, 64 years
I am not yet senescent
Therefore, to eat while arriving quickly at satiety
To appreciate well what is eaten
However, to be large or oval
Is like a sign of social success for the capital
Like a well furnished wallet
The contrary capital of the life
Capitalism is obesogene
Capitalism is criminogenic!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”