Aucun animal
N'est aussi sauvage
Que le capital
Qui nous saute à la gorge
Qui nous manipule, dans sa forge
Aucun animal
N'est aussi sauvage
Que le capital
Sauf, l'animal humain
C'est de lui, que le capital, vient
Aucun animal
N'est aussi sauvage
Que le capital
Et tout le mal
Qu'aux autres, tu fais ou tu feras
Sur toi, un jour, rejaillit ou rejaillira
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Et tout le bien
Qu'aux autres, tu fais ou tu feras
Sur toi, rejaillit ou rejaillira
Voilà bien ce qu'il faudrait apprendre
En finir avec toute exploitation, enfin, nous surprendre !
Tout le mal
Que nous nous faisons
Car, c'est là, le fonctionnement même du capital
En diverses maladies, nous le transformons
Diverses maladies physiques
Diverses maladies mentales ou psychiques
Sur et dans nos têtes, tout s'inscrivant
Sur et dans nos corps, tout s'alarmant
Tout s'y sublimant
Tout s'y mesurant
Car
Tout visage est comme un livre
Car
Tout corps est comme un livre
Il y a des cicatrices visibles
Il y a des cicatrices invisibles
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
De l'attente en tension
De l'inhibition de l'action
De la permanente frustration
Qui oserait en faire une chanson ?
Il faut positiver, dit le système
De gré ou de force, il faut qu'on l'aime !
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Il faut tirer en premier
Être le chasseur ou le chassé
Être exploiteur ou exploité
Être le baiseur ou le baisé
Le féminin n'est pas oublié
Quand tout est rivalité
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Pas même
Nonobstant, beaucoup de gens l'aiment
Feu les carnivores paléontologiques
Pour une grimace au symbolique
Certes
Quelques gens
Veulent ou voudraient revenir à l'état de nature
Mais
Rien ne s'y prêtant, c'est dur
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Tout nous vieillissant
Tout nous enlaidissant
Monde de méchantes et de méchants
Tout nous abîmant, et ce prématurément
Surtout les pauvres et autres précaires
L'on finit par s'y faire
Aucun hasard, aucune chance, tout s'explique
Et revoilà les probabilités qui rappliquent !
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Cependant, avec de l'argent
De la protection, avec des confidentes et des confidents
Ou un milieu l'y préparant
Et voici freiné le vieillissement
Ainsi
La mère de Catherine Deneuve, oui, l'actrice
Si elle a 106 ans, cela n'est pas un caprice
Ainsi
Si Lucette Almansor ou Almanzor, veuve de l'écrivain Céline
A 106 ans
C'est qu'autour d'elle, personne ne se débine
Et ce sont quelques exceptions
Qui en tous domaines, ont des raisons
Justement, du capital, l'illustration
Et de ce qui pourrait être généralisation
En est la sinistre et terrifiante négation
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Qui nous saute à la gorge
Qui nous manipule dans sa forge
Il faut tirer en premier
Être exploiteur ou être exploité
Le dominant ou le dominé
La dominante ou la dominée
Tout le monde devant s'y conformer !
Tous les êtres humains, c'est évident
N'étant plus que des encans
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Avec l'argent comme arme fatale
De la pollution générale
De la pollution intégrale
Des navires marchands ou des navires de guerre
Le cauchemar de toute ville portuaire
Un gros navire polluant
Comme un million de voitures, tétanisant
Soufre, dioxyde d'azote, particules
Fioul lourd, du carburant ridicule
Tous les déchets des raffineries
De tout bon sens, l'on fait fi
Et à Ajaccio et à Bastia, ainsi
80.000 particules ultra-fines par centimètre cube
Quand des Ferries
Arrivent et repartent, incube et succube
Et puis, des migrantes et des migrants
Dont personne ne veut, c'est dégoûtant
Aucun animal
N'est aussi sauvage que le capital
Rien n'est plus repoussant
Rien n'est plus désespérant
Rien n'est plus attristant !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

No animal
Is not also wild
That the capital
Who jumps us to the throat
Who handles us, in his forging mill
No animal
Is not also wild
That the capital
Except, the human animal
It is of him, that the capital, comes
No animal
Is not also wild
That the capital
And all evil
That with the others, you make or you will make
On you, one day, flashes back or will flash back
No animal
Only the capital is also wild
And all the good
That with the others, you make or you will make
On you, flashes back or will flash back
Here well what it would be necessary to learn
In finishing with any exploitation, finally, surprising us!
All evil
That we are done
Because, it is there, operation even capital
In various diseases, we transform it
Various physical diseases
Various mental illness or psychic
On and in our heads, very being registered
On and in our bodies, very being alarmed
Very sublimating itself there
Very measuring itself there
Because
Any face is as a book
Because
Any body is as a book
There are visible scars
There are invisible scars
No animal
Only the capital is also wild
Waiting in tension
Inhibition of the action
Permanent frustration
Who would dare to make a song of it?
Positiver is needed, known as the system
Of liking or force, it is necessary that it is liked!
No animal
Only the capital is also wild
It is necessary to draw in first
To be the hunter or driven out
To be exploiter or exploited
To be the fucker or kissed
The female one is not forgotten
When all is competition
No animal
Only the capital is also wild
Not even
Notwithstanding, much of people like it
Fire paleontological carnivores
For a grimace with the symbolic system
Admittedly
Some people
Want or would like to return to the state of nature
But
Nothing lending itself to it, it is hard
No animal
Only the capital is also wild
All us growing old
All making us ugly
World the malicious ones and the malicious ones
All damaging us, and this prematurely
Especially the poor and other precarious
One ends up being done there
No chance, no chance, is very explained
And revoilà the probabilities which reapply!
No animal
Only the capital is also wild
However, with money
Protection, with confidantes and confidants
Or a there preparing medium
And here braked ageing
Thus
The mother of Catherine Deneuve, yes, the actress
If it is 106 years old, that is not a whim
Thus
If Lucette Almansor or Almanzor, widow of the writer Céline
At 106 years
It is that around it, nobody clears out
And they are some exceptions
Who in all fields, have good reasons
Precisely, capital, the illustration
And of what could be generalization
In is it sinister and terrifying negation
No animal
Only the capital is also wild
Who jumps us to the throat
Who handles us in his forging mill
It is necessary to draw in first
To be exploiter or be exploited
Dominating or dominated
The dominant one or dominated
Everyone in front of conforming to it!
All the human beings, it is obvious
Not being more but auctions
No animal
Only the capital is also wild
With the money like lethal weapon
General pollution
Integral pollution
Trading vessels or warships
The nightmare of any port city
A large polluting ship
Like a million cars, tetanizing
Sulphur, dioxide nitrogen, particles
Heavy fuel, of the ridiculous fuel
All waste of the refineries
Of any good sense, one despises
And in Ajaccio and Bastia, thus
80,000 particles ultra-fines per cubic centimeter
When of Ferries
Arrive and set out again, incubates and succubus
And then, of migrant and the migrants
Nobody wants, it is disgusting
No animal
Only the capital is also wild
Nothing is any more pushing back
Nothing is any more despairing
Nothing is depressing any more!

Patrice Faubert (2018) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”