Séduire, c'est mentir
Mentir, c'est séduire
Compétition de l'admiration
Admiration de la compétition
Seul compte le premier
Même le deuxième peut aller se rhabiller
Et même dans la compétition virtuelle
Tout comparer à différentes échelles
Ainsi
Mais avec une différence de matériel
De climat, aussi, jamais ne sera atteint le réel
Par exemple, pour le mont Ventoux
Une étape du Tour de France, c'est pas mou du genou
1) Jean-François Bernard ( 1987 )
2) Marco Pantani ( 2000 )
3) Eddy Merckx ( 1970 )
4 ) Juan Manuel Garate ( 2009 )
5) Richard Virenque ( 2002 )
Mais avec plus ou moins de kilomètres
Bref, toute comparaison est à envoyer paître !
Mais avec le sport virtuel
Qui demain sera la belle
Le présent, le passé
Tout pourra se mélanger, se comparer
La technologie est le grand hypnotiseur
A toutes et tous, elle vole des heures
Des heures de communication
Des heures de réflexion
Des heures de sommeil
Car elle rend, en réalité, tout pareil
Cela est beaucoup moins extraordinaire
Pour même la plus ordinaire
Que oui, une simple vache
Qui pour donner du lait, n'est jamais lâche
Car avec son cerveau
Cela est assez rigolo
Voilà de la crème anti-âge
Quand la beauté est une cage
Avec son sang
Teinture, des pâtes alimentaires
Cette bête à tout pour plaire
Avec sa peau
Des sacs et des vêtements
Tout cela est charmant
Avec sa graisse
Des bougies, feux d'artifice, la liesse
Et aussi du ciment
Plastique et des crayons, marrant
Avec ses os
Du sucre raffiné, du charbon de bois, du verre
Avec son fumier
Des fertilisants pour la terre
Où comment un animal
Bonne à tout faire du capital
Je ne mange pas de vache
Mais d'une façon l'autre, je la mâche
Et ainsi, tout peut devenir quelque chose
Et dans le commerce du monde, prendre la pose !
Et au fond
En découle la déduction
Que si chaque être humain
Ne voulait devenir rien
Cela serait finalement très bien
Sachant
Que, je ne sais rien de plus que toi
Sachant
Que, tu ne sais rien de plus que moi
Ou si peu
Et c'est tant mieux
Car notre langage est marchand
Et uniquement guerrier, car marchand
Comme le chantait
Comme le déclamait
Certes, une vedette spectaculaire
Du système, continuation gestionnaire
Feu ( 1916 - 1993 ) Léo Ferré
Poète très admiré
" Il n'y a plus rien
Et ce rien, on vous le laisse !
Foutez-vous en jusque-là, si vous pouvez "
Tout est en effet devenu parfaitement monstrueux
Et nous en sommes toutes et tous les feux
Moi, toi, ils, elles, eux
Et pas seulement
Et c'est bien désolant
Toute la vie spectaculaire
Toute la vie réactionnaire
Gauche, extrême gauche
Droite, extrême droite
Et même ce qui se prétend en dehors
Tout sur notre planète suinte la mort
C'est le parcours du combattant
Toutes choses, tous domaines, c'est aberrant !
La vie artificielle
La vie industrielle
Maîtrise de l'embryon
Pour la reproduction
Et donc aussi pour la surpopulation
Biotechnologie animale
Où la logique du capital
Le vivant
Bouge en fonction de l'environnement
Bien plus que les gitans
Et sur les 400 à 500 mille français
De culture tzigane, deux sur trois sont sédentaires
Le cliché en est pour ses frais
De toutes façons, notre mère, c'est la planète Terre
Et en France
Depuis 2012, ce n'est plus Rroms
Comme l'écrivent les Roms
Mais les gens du voyage
La novlangue capitaliste et ses bagages
Mais tout l'inadmissible
Est impitoyablement irrémissible
Comme en juillet 1995
Srebrenica, entre 1992 et 1995
Une enclave bosniaque
Pour fuir le militaire maniaque
Nord-est de la Serbie
Pour une horrible vilenie
Hommes et adolescents massacrés
Réfugiés puis bloqués
Par les Casques Bleus, pourtant protégés
Mais avec la tyrannie, en complicité
8000 morts pour 40.000 personnes
Zone protégée, zone massacrée, l'ONU sonne !
Toujours les fonctionnaires du capital
Qui fidèlement, servent le capital
Sans penser à bien ou à mal
Flics, militaires, ou autres secteurs
Nous faire la guerre est leur seul bonheur
Comme les administrations
De l'incompétence et de la réaction
Lois du marché en adaptation
Adaptation aux lois du marché
De la technologie à la zootechnie
L'élevage devenu une industrie
Fermes usines, pour faire valoir
De l'automobile, plagiant la technicité de l'abattoir
Les méthodes du travail
Le travail des méthodes
Génomique robotique
Tout accouche du fric
Productivisme
De la souffrance animale
De la souffrance humaine
Finalement, c'est la même
Mes lignes d'errance
N'ont aucune convenance
Et pour en rajouter
N'en déplaise à la chrétienté
Et si tant qu'il est vraiment existé
Jésus était un homme marié
Certainement avec une sexualité
Sa femme, pour la nommer
Fut Marie Madeleine, ancienne prostituée !
Toute religion asservit l'humanité
Toute religion est pure inhumanité
Et le plus gros poisson du monde
Le requin-baleine ( Rhincodon typus ) jamais ne gronde
Bien réel et plus inoffensif
Pour l'être humain, que tout culte religieux, et son fictif
Non, cela n'est pas disparate
Le capital est une seule et même carte !
Toutes les rivières du capital
Finissent dans la mer du capital
Comme l'Internet de l'origine
Hippies, LSD qui fulmine
Militaires qui s'acoquinent
De l'ouverture d'esprit
Aux enchères, il faut gagner sa vie
Recrutement dans les services secrets
Quand l'ancien hippie ne joue plus au niais
La nourriture du système
Le système de la nourriture
Culture du hacking
Hacking de la culture
Le code source
Finit toujours coté en Bourse
Régulation de la liberté
Liberté de la régulation
C'est-à-dire aucune liberté !
La neutralité est conditionnée
Le conditionné n'est d'aucune neutralité
Tout est codé, engrammé, programmé
Comme si c'était naturel, mais c'est un codage nerveux
Donc, un codage social, comme un ensemble veineux
Et le fait de le savoir
Est la seule neutralité, le seul avoir
Comme aussi
Stasi, Facebook, NSA
Google, Stasi, NSA
Totalitarisme du capital
Capital du totalitarisme
Nous en sommes les subventions
Nous en sommes les informations !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index"

To allure, it is to lie
To lie, it is to allure
Competition of admiration
Admiration of the competition
Only account the first
Even the second can go to be repaired
And even in the virtual competition
All to compare with various scales
Thus
But with a difference of equipment
Of climate, also, never reality will not be reached
For example, for the Mont Ventoux
A stage of the Tour de France, it is not soft knee
1) Jean-François Bernard (1987)
2) Marco Pantani (2000)
3) Eddy Merckx (1970)
4 ) Juan Manuel Garate (2009)
5) Richard Virenque (2002)
But with more or less of kilometers
In short, any comparison is to be sent to feed!
But with the virtual sport
Who tomorrow will be the beautiful one
Present, past
All will be able to mix, to compare itself
Technology is the large hypnotist
All and all, it flies the hours
Hours of communication
Hours of reflection
Hours of sleep
Because it makes, actually, very similar
That is much less extraordinary
For same most ordinary
That yes, a simple cow
Who to give milk, is never loose
Because with its brain
That is rather funny
Here is of the cream anti-age
When the beauty is a cage
With its blood
Dyeing, of the pasta products
This animal with very to like
With its skin
Bags and clothing
All that is charming
With its grease
Candles, fireworks, jubilation
And also of cement
Plastic and of the pencils, funny
With its bones
Refined sugar, charcoal, glass
With its manure
Fertilizers for the ground
Where how an animal
Maid of the capital
I do not eat a cow
But in a way the other, I chew it
And thus, all can become something
And in the trade of the world, to take the installation!
And at the bottom
In the deduction rises
That if each human being
Wanted to become nothing
That would be finally very well
Knowing
That, I do not know anything more than you
Knowing
That, you do not know anything more than me
Or if little
And it is so much better
Because our language is merchant
And only warrior, because commercial
As sang it
As declaimed it
Admittedly, a spectacular star
Administrative system, continuation
Fire (1916 - 1993) Léo Ferré
Very admired poet
“There is nothing any more
And this nothing, one leaves it to you!
You give in up to that point, if you can “
All indeed became perfectly monstrous
And let us be we all and all fires
Me, you, they, they, them
And not only
And it is well afflicting
All spectacular life
All the life reactionary
Left, far left
Right-hand side, far right
And even what is claimed outwards
All on our planet oozes death
It is the assault course
All things, all fields, it is aberrant!
Artificial life
Industrial life
Control of the embryo
For the reproduction
And thus also for overpopulation
Animal biotechnology
Where the logic of the capital
The alive one
Move according to the environment
Much more than the gipsies
And on the 400 to 500 thousand French
Of culture gypsy, two out of three are sedentary
The stereotype is for its expenses
In any case, our mother, it is the planet Is in hiding
And in France
Since 2012, it is not any more Rroms
As write it Roms
But travelling people
The capitalist novlangue and its luggage
But all the inadmissible one
Is pitilessly irremissible
As in July 1995
Srebrenica, between 1992 and 1995
A Bosnian enclave
To flee the military maniac
The North-East of Serbia
For a horrible mean action
Massacred men and teenagers
Blocked refugees then
By the Blue helmets, however protected
But with tyranny, in complicity
8000 deaths for 40,000 people
Protected area, massacred zone, UNO sounds!
Always civils servant of the capital
Who accurately, serve the capital
Without thinking of good or evil
Cops, soldiers, or other sectors
We to make the war is their only happiness
Like the administrations
Incompetence and reaction
Laws of the market in adaptation
Adaptation to the laws of the market
Technology with the animal husbandry
The breeding become an industry
Firm factories, to put forward
Car, plagiarizing the technicality of the slaughter-house
Methods of work
The work of the methods
Robot-like genomics
All is confined of the money
Productivism
Animal suffering
Human suffering
Finally, it is the same one
My lines of wandering
Do not have any suitability
And to add some
With due respect to Christendom
And if as long as there is really existed
Jesus was a married man
Certainly with a sexuality
Its wife, to name it
Was Marie Madeleine, former prostitute!
Any religion controls humanity
Any religion is pure inhumanity
And the largest fish of the world
The shark-whale (Rhincodon typus) never does not thunder
Quite real and more inoffensive
It human being, that any religious worship, and its fiction
Not, that is not disparate
The capital is only one and even map!
All rivers of the capital
Finish in the sea of the capital
Like the Internet of the origin
Hippie, LSD which fulminates
Soldiers who degrade themselves
Open-minded
With the biddings, a living should be earned
Recruitment in the secret services
When the old hippie one does not play any more denied
The food of the system
The system of food
Culture of the hacking
Hacking of the culture
The source code
Finishes always quoted on the stock exchange
Regulation of freedom
Freedom of the regulation
I.e. no freedom!
Neutrality is conditioned
Conditioned is not of any neutrality
All is coded, engrammé, programmed
As if it were natural, but it is a nervous coding
Therefore, a social coding, like a venous unit
And the fact of knowing it
Is only neutrality, to only have
As too
Stasi, Facebook, NSA
Google, Stasi, NSA
Totalitarianism of the capital
Capital of totalitarianism
We are the subsidies
We are information!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”