Et à propos de la matière noire
De la physique, le grand soir
Pour paraphraser le philosophe des sciences
Né en 1958, Etienne Klein, la question est
Car personne encore ne le sait
" Qui va céder en premier, la théorie ou la réalité "
Notre Univers que nous connaissons si peu
A sa connaissance fait beaucoup d'envieux
Sans qu'aucunement, j'exagère
Même un tant soit peu
5 pour cent d'atomes
23 pour cent de matière noire
72 pour cent d'énergie noire
Voilà qui est révolutionnaire
L'anarchie est dans toute matière
Elle organise tout
Penser le contraire est fou
Mais au niveau de l'organisation de l'humanité
Pas comprise, l'anarchie n'est pas appliquée
Pour vraiment, égalité, liberté, fraternité
Et pour cela, il faut abolir toute notion de propriété
Pendant 380.000 ans
La lumière fut comme emprisonnée
Puis, en un instant
La lumière put s'échapper
L'anarchie du Big Bang
Le Big Bang de l'anarchie
Son après, son avant
Son avant, son après
Avec notre système solaire
Un petit rien dans l'Univers
De notre galaxie spirale
140 à 200 milliards d'étoiles, pas mal
Notre Voie Lactée, 1000 milliards de planètes
Le gigantesque fait paraître l'humanité bête
Des étoiles comme notre soleil
Naissent chaque année, et pas vraiment pareils
Et si, pour paraphraser un poète
Feu ( 1904 - 1973 ) Pablo Neruda, la métaphore en tête
Assassiné par le régime fasciste chilien
Cela semble déjà si loin
" Le cheminot est le marin de la Terre "
Comme la cosmologie, parfois si révolutionnaire
Est le cheminot de l'Univers
Géantes rouges, naines blanches
La production d'hydrogène est moins franche
Tout cela sans aucune revanche
L'énergie épuisée, tout est transformé
Rendre la visibilité à l'invisibilité
Avec tous les petits ou grands détecteurs
La matière noire attend son heure
Sauf, si c'est un leurre
Mais
1 million de milliards de collisions
Pour espérer la produire, hypothétique détection
Ou la chercher
Germanium ou xénon liquéfié
A cent mètres sous terre
Ou carrément dans l'espace
Station spatiale internationale, rapace
Mais tant de fric dépensé
Au lieu d'inventer une autre société
Sans le besoin d'aucun laboratoire
Simplement, pour autre chose, voir
Apprendre d'autres comportements
Tout pouvant se faire, mentalement
Pour l'humanité, c'est cela qui importe vraiment !
Tout ce qui est imaginé
Ne peut qu'arriver, est arrivé
Tout ce qui s'imagine
Arrive
Tout ce qui s'imaginera
Arrivera
Tout est arrivé
Tout arrive
Tout arrivera
Comme l'énergie noire qui disperse
La matière noire retient, c'est l'inverse
Contre ce qui est
L'on ne peut clabauder, car c'est un fait
Comme la cosmologie
Perpétuelle création, perpétuelle anarchie
Là, où il n'y a aucune hiérarchie
Aucune religion, aucune idéologie
L'organisation de ce qui n'est pas organisé
Ce qui n'est pas organisé est l'organisation
Voilà l'anarchie, voilà la révolution
Du genre humain, à tous les niveaux d'organisation
Certes
Tout est relatif
Comme pour le juif
Et qui n'a pas son juif ?
Pour la CNT/AIT c'est le breton
Pour d'autres, l'arabe, pour tondre, à chacun son mouton
Qui n'a pas son bouc émissaire
Qui n'a pas son côté réactionnaire
Et ce n'est pas une interrogation
Mais tout bonnement une affirmation
Comme aussi
Qui n'écrit pas au moins une connerie
Qui ne dit pas au moins une connerie
Et ce n'est pas une interrogation
Mais tout bonnement une affirmation
A la réalité, tout est patraque
C'est comme du tac au tac
Le nationalisme est partout
Il faut lui tordre le cou
Et dès que l'on se dit
Cela ou ceci
Français, allemand, turc, iranien
Juif, musulman, bouddhiste, chrétien
Au lieu de Terrienne ou Terrien
De la planète Terre, simplement
Parmi d'autres, une habitante, un habitant
C'est déjà fichu
Voilà l'anarchie à la rue !
Matière noire, énergie noire
Rien ne vaut le drapeau noir
Pour vivre bien tout de suite
Pas dans les théories ou les mythes
Ni dans le conformisme de la différence
La différence du conformisme
Comme une publicité de McDonald's
Tous différents, toutes différentes, dans le conformisme
Dans un conformisme jamais vraiment différent !
Forcément, il faut contexter
Pour de tout, ne pas faire une généralité
Même si tout est pollué
Et ce en grande généralité
La matière noire n'y fera rien
Une autre organisation, pas le même patelin
Pourtant, c'est tout et c'est rien
Ainsi
300 variétés de tomates déjà disparues
Qui ne le sait, c'est du convenu
Voilà les tomates artificielles
Bien formatées, toutes faussement belles
Pleines d'eau, sans aucun goût
C'est pareil pour tout
Car c'est le faux qui façonne tout !
Et ce sont, rien qu'en France
Sans plus de véritable défiance
900.000 tonnes de fausses tomates, avalées
Vendues dans les supermarchés, chaque année
Et comme tout est pareillement respiré
Même si cela en paraît éloigné
Le télescope spatial Hubble, certes réparé
3 milliards de dollars, pas de quoi s'étonner
L'objet scientifique le plus cher jamais construit
Tout cela pour explorer l'infini
Qui par définition est donc infini
Certes, une résolution multipliée par dix
Puis toujours plus, une idée fixe
Ce qui de toutes façons
Ne fait qu'accroître notre ignorance
L'humanité pourrait se passer de cette science
Il faut
Une révolution intégrale des mentalités
D'autres relations humaines, pour enfin imaginer
Plus aucune propriété, tout partager
Là où tout serait épanouissement et joie
Ferait disparaître à tout jamais, l'effroi
Oh ! j'entends nos clabauderies
De toutes nos aliénations contre l'anarchie
La matière noire
L'énergie noire
Cela paraît inaccessible, grand mystère
Comme en somme, l'anarchie, si révolutionnaire
Tout cela est pourtant forcément en nous
Mais comme en prison de cette gravité
De l'Univers à l'humanité
Il nous faut, d'autres mentalités, pour d'autres vies
Sans cesse à réinventer, voilà l'anarchie
Plus besoin de la cosmologie
Quand l'être humain enfin vit !

Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

And in connection with the black matter
Physics, the great evening
To paraphrase the philosopher of sciences
Born in 1958, Etienne Klein, the question is
Because nobody still knows it
“Which will yield in first, the theory or reality”
Our Universe which we know if little
To its knowledge does much envious
Without at all, I exaggerating
Even so much is little
5 percent of atoms
23 percent of black matter
72 percent of black energy
Here are which is revolutionist
Anarchy is in any matter
It organizes all
To think the opposite is insane
But on the level of the organization of humanity
Not understood, anarchy is not applied
For really, equality, freedom, fraternity
And for this reason, it is necessary to abolish any concept of property
During 380,000 years
The light like was imprisoned
Then, in one moment
The light could escape
The anarchy of Big Bang
The Big Bang of anarchy
Its afterwards, its front
Its front, its afterwards
With our solar system
Small nothing in the Universe
Of our spiral galaxy
140 to 200 billion stars, not bad
Our Milky Way, 1000 billion planets
The gigantic one makes appear stupid humanity
Stars like our sun
Are born each year, and not really similar
And if, to paraphrase a poet
Fire (1904 - 1973) Pablo Neruda, the metaphor at the head
Assassinated by the Chilean fascistic mode
That seems already so far
“The railwayman is the sailor of the Earth”
Like cosmology, sometimes so revolutionary
Is the railwayman of the Universe
Red, dwarf giants white
The hydrogen production is less frank
All that without any revenge
Exhausted energy, all is converted
To return the visibility to invisibility
With all the small ones or large detectors
The black matter bides its time
Except, if it is a lure
But
1 million billion collisions
To hope to produce it, hypothetical detection
Or to seek it
Germanium or liquified xenon
With hundred meters under ground
Or straightforwardly in space
International space station, raptor
But so much of money spent
Instead of inventing another company
Without the need for any laboratory
Simply, for another thing, to see
To learn from other behaviors
All being able to be done, mentally
For humanity, it is that which really imports!
All that is imagined
Can only arrive, arrived
All that thinks
Arrive
All that will think
Will arrive
All arrived
All arrives
All will arrive
As the black energy which disperses
The black matter retains, it is the reverse
Against what is
Clabauder cannot, because it is a fact
Like cosmology
Perpetual creation, perpetual anarchy
There, where there is no hierarchy
No religion, no ideology
The organization of what is not organized
What is not organized is the organization
Here is anarchy, here is the revolution
Mankind, on all the levels of organization
Admittedly
All is relative
As for the Jew
And which does not have its Jew?
For the CNT/AIT it is the Breton one
For others, Arabic, to mow, with each one its sheep
Who does not have his scapegoat
Who does not have his side reactionary
And it is not an interrogation
But simply an assertion
As too
Who does not write at least a stupidity
Who does not say at least a stupidity
And it is not an interrogation
But simply an assertion
With reality, all is out of sorts
It is like TAC with TAC
Nationalism is everywhere
The neck should be twisted to him
And as soon as one says oneself
That or this
French, German, Turkish, Iranian
Jew, Muslim, Buddhist, Christian
Instead of Land or Land
Planet Is in hiding, simply
Among others, one living, an inhabitant
It is already rotten
Here is anarchy with the street!
Black matter, black energy
Nothing is worth the black flag
To live well immediately
Not in the theories or the myths
Nor in the conformism of the difference
The difference of conformism
Like a publicity of McDonald's
All different, all different, in conformism
In a really different conformism never!
Inevitably, contexter is needed
For whole, not to make a general information
Even if all is polluted
And this in great general information
The black matter will do nothing there
Another organization, not the same little village
However, it is all and it is nothing
Thus
300 varieties of already disappeared tomatos
Who does not know, it is the agreed one to it
Here are artificial tomatos
Formatted well, all wrongfully beautiful
Full of water, without any taste
It is similar for all
Because in fact the forgery works all!
And it is, only in France
Without more true distrust
900,000 tons of false tomatos, swallowed
Sold in the supermarkets, each year
And as all is in the same way breathed
Even if that appears distant about it
The space telescope Hubble, certainly repaired
3 billion dollars, not what to be astonished
The scientific object expensive ever built
All that to explore the infinite one
Who by definition is thus infinite
Admittedly, a resolution multiplied by ten
Then always more, one obsession
What in any case
Does nothing but increase our ignorance
Humanity could do without this science
It is necessary
An integral revolution of mentalities
Other human relations, for finally imagining
More no property, all to share
Where all would be blooming and joy
Would make disappear forever, fear
Oh! I hear our clabauderies
Of all our alienations against anarchy
Black matter
Black energy
That appears inaccessible, great mystery
As all in all, anarchy, so revolutionary
All that is however inevitably in us
But as in prison of this gravity
Universe with humanity
We need, other mentalities, for other lives
Unceasingly to reinvent, here is anarchy
More need for cosmology
When the human being finally lives!

Patrice Faubert (2015) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”