C'est la parallaxe
De la falsification historique, qui malaxe
Adoncques
Le faux bureaucratique jamais quelconque
Et à l'époque de la Charte d'Amiens
La CGT d'octobre 1906, cela n'était pas rien
Indépendance vis-à-vis des partis , des syndicats
Et surtout
Pour l'abolition du salariat
Et surtout
Pour l'abolition du patronat
Pour la journée des huit heures
En 2018
C'est encore, et au moins, toujours huit heures
Elle marche à reculons, comme en arrière
La constatation est amère
Mais de trahison en trahison, la classe ouvrière
Du film
Qui est déjà commencé
Du film
Qui est déjà terminé
Par ici la sortie
Bientôt, déjà, directement dans le film
Comme si c'était toi qui le filme
Mais, partis ou syndicats, tout sent le pourri !
Et à propos du cinéma
Sublimant l'absence de vie réelle, voilà
En 1896
Cent mètres de pellicule
Cela correspondait à quatre minutes de film
En 1906
Cinq cent mètres de pellicule
Cela correspondait à vingt minutes de film
En 1903
Survint le premier gros plan
En 1913
Apparut le premier péplum
Puis de 16 ou 18 images par secondes
Au format classique du 24 images par seconde
1927
Le chanteur de jazz, le parlant et sa fronde
1915 à 1932
La caméra technicolor, un secret perdu
35 mm en fruit défendu
1929
Cinéma vérité de la caméra à main
Les mécanismes du cinématographe sont très anciens
Des primitifs aux classiques
Des classiques aux modernes, éternelle gymnastique !
Finalement
Tout est un conditionnement
Une engrammation bien étudiée, très évidemment
Par les hommes et les femmes au service du tyran
Au service des patrons, des milliardaires, de toute domination, an après an
Dès la maternelle
Et donc stagnation sempiternelle
Psychologiquement
Sexuellement
Politiquement
Socialement
Philosophiquement
De l'apprentissage
Et ce, à la soumission
De l'apprentissage
Et ce, à la résignation
De l'apprentissage
Et ce, à la compétition
De l'apprentissage
Et ce, à la hiérarchisation
De l'éducationnel, donc, et de l'économique
Pour le prétendu indépassable
Horizon du capitalisme, rendant tout minable
Et des vies, pauvres ou riches, perdues et inutilement frénétiques
De toutes nos nos certitudes
De toutes nos habitudes
De toutes nos traditions
De toutes nos informations
De toutes nos modes en imitation
Les plus implacables prisons
Les plus implacables illusions
L'impossibilité de toute vraie communication
La prison d'une ville
La prison d'un pays
Toute idéologie est une prison
Toute religion est une prison
Le capital étant la prison
Qui contient toutes les autres prisons
Certes
En France
Et pour y fabriquer de la démence
Un jugement n'est d'ailleurs jamais de clémence
Donc, une cellule de prison
L'inhumanité est toujours de déraison
3,5 mètres de largeur
4,3 mètres de longueur
Deux lits superposés
Et à 1,50 mètre, des toilettes sans porte, aucune intimité
Par l'odeur des fèces, toute nourriture infestée
Avec parfois des matelas rajoutés
Deux ou quatre personnes comme torturées !
Et avec la pauvreté galopante
Contrastant avec toute une monarchie politicienne, si puante
Si peu de chevance
Qui telle la mer montante, s'avance
Des gens avec plus un sou en poche
Il y a quelque chose qui cloche
Du kinétoscope
Ou du Cinémascope
Toujours la même exploitation
Mot devenu tabou, mot en occultation
Comme les espèces animales en invasion
Quand de nature, elles ne sont pas d'implantation
Et c'est la grenouille taureau
Rana Catesbeiana , comme un faux
Qui via la Floride, USA, prolifère en France
Et à un kilomètre, comme une évidence
Le cri du mâle, rauque, en résonance
Un sacré bestiau
Pesant tout de même, deux kilos
Mais qui élimine l'amphibien du coin, c'est idiot
Enfant, je me souviens
En forêt ou ailleurs, des batraciens, la nature faisait son plein
C'est comme pour la liberté, de moins en moins
Et dans les seins de la planète Terre, bientôt, plus rien !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

It is the parallax
Historical falsification, which mixes
Adoncques
The bureaucratic forgery never unspecified
And at the time of the Charter of Amiens
The CGT of October 1906, that was nothing
Independence with respect to the parties, of the trade unions
And especially
For the abolition of wage-earning
And especially
For the abolition of employers
For the eight hours day
In 2018
They is still, and at least, always eight hours
It goes to move back, like behind
The observation is bitter
But of treason in treason, the working class
Film
Who is already started
Film
Who is already finished
By here the exit
Soon, already, directly in the film
As if it were you who films it
But, parties or trade unions, all feels rotted!
And concerning the cinema
Sublimating the absence of real life, here
In 1896
Hundred meters of film
That corresponded to four minutes of film
In 1906
Five hundred meters of film
That corresponded to twenty minutes of film
In 1903
The first close-up occurred
In 1913
The first peplum appeared
Then of 16 or 18 images per seconds
With the classical format of the 24 images a second
1927
The singer of jazz, speaking it and its sling
1915 to 1932
The camera Technicolor, a lost secrecy
35 mm out of forbidden fruit
1929
Cinema truth of the camera with hand
The mechanisms of the cinematograph are very old
The primitive ones with the classics
Classics with modern, eternal gymnastics!
Finally
All is a conditioning
A well studied engrammation, very obviously
By the men and the women with the service of the tyrant
With the service of the owners, billionaires, of any domination, year after year
As of the nursery school
And thus sempiternal stagnation
Psychologically
Sexually
Politically
Socially
Philosophically
Training
And this, with the tender
Training
And this, with resignation
Training
And this, with the competition
Training
And this, with hierarchisation
The educational one, therefore, and the economic one
For alleged the indépassable
Horizon of capitalism, making very poor
And of the lives, the poor or rich person, lost and unnecessarily frantic
Of all our our certainty
Of all our practices
Of all our traditions
Of all our information
Of all our fashions in imitation
More the relentless prisons
More the relentless illusions
The impossibility of all true communication
The prison of a city
The prison of a country
Any ideology is a prison
Any religion is a prison
The capital being the prison
Who contains all the other prisons
Admittedly
In France
And to manufacture insanity there
A judgement is besides never of leniency
Therefore, a cell of prison
Inhumanity is always of insanity
3.5 meters of width
4.3 meters length
Two bunk beds
And to 1.50 meter, of the toilets without door, any intimacy
By the odor of deposit, any infested food
With sometimes of the added mattresses
Two or four people as tortured!
And with poverty galopante
Contrasting with a whole politicking monarchy, if stinking
If few chevance
Who the such rising sea, advances
People with more one penny out of pocket
There is something which bell
Kinetoscope
Or of the Cinemascope
Always same exploitation
Word become taboo, word in screening
Like the animal species in invasion
When of nature, they are not establishment
And it is the frog bull
Rana Catesbeiana, like a forgery
Who via Florida, the USA, proliferates in France
And with one kilometer, like an obviousness
The cry of the male, raucous, in resonance
One crowned bestiau
Weighing all the same, two kilos
But which eliminates the Amphibian from the corner, it is idiotic
Child, I remember
In forest or elsewhere, batrachians, nature made full sound
It is as for freedom, less and less
And in the centres of planet Is in hiding, soon, plus nothing!

Patrice Faubert (2018) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on “hiway index”