Addiction au sexe ?
La privation s'en vexe !
Où cela, quand cela
Comment cela, avec qui, voilà
Cela doit revenir cher
Toute addiction se payant
Femmes professionnelles comme repères
C'est comme avec les jeux d'argent
Mais si tout se faisait gratuitement
Plus aucune addiction, cela serait marrant
Et très navrant
Pour notre système marchand
C'est l'occasion qui fait le larron
Et sans partenaire, pas la moindre occasion
Comme c'est chacun et chacune pour sa pomme
L'addiction au sexe, vraiment, cela étonne
De plus, la femme ne faisant que rarement le premier pas
Car dans la société bourgeoise cela ne se fait pas
Où cela, quand cela
Comment cela, avec qui, voilà
De la supercherie des bourgeoisies
Quelques cas ne font pas une généralité, c'est dit
La sexualité ne serait épanouie que dans l'anarchie !
Il en va pour le sexe
Même si cela nous vexe
Comme pour le reste
Rien n'y est libre
Par l'argent, tout y est en déséquilibre
Tout n'est que l'expression du capital
De toutes choses, il fait un horrible carnaval
Le corporatisme de la contestation sociale
Ne peut que renforcer le capital
Certes
Je ne suis pas un militant de choc
Le conformisme militant, de moi, se moque
Je me méfie de toute aliénation, et toc
De tout dogmatisme et de ses breloques
Et puis, je suis une sorte de solitaire
Je chemine avec feu ( 1806 - 1856 ) Max Stirner
Le capital
Est comme une mécanique vibratoire
De la technologie en laboratoire
Modification des sols pour voir
Dans le royaume de l'illusoire
Le capital est tout pouvoir
C'est dans nos têtes qu'il faut tout changer
Et ne rien prendre au sérieux
Dans le capital, tout est merdeux, tout est fumeux !
Si le travail est la meilleure des polices
La marchandise est incarnée dans toute police
Police du travail, travail de la police
Le football y est aussi en lice
Des sports, le premier des complices
Tout cela conforte les dictatures
Des distractions pendant que l'on torture
Chaque pays et ses cas de figure
Hier, aujourd'hui, demain
C'est toujours le même refrain
Pas besoin des noms et des dates
C'est toujours la même carte !
Le capital est surtout vicieux
Il se délecte de ses contentieux
Il ne saurait vivre sans eux
Il est le dopage
De tous les dopages
C'est lui qui recrute l'équipage
Dans les sports, les produits dopants
Du sport amateur au sport professionnel, c'est effarant
30 milliards d'euros de chiffre d'affaires
Et toute une organisation criminelle qui l'enserre
Donc chaque année
Il n'y a que des mafias
En tous domaines, organisant le capital, c'est bien cela
Même
Avec les passeports biologiques
Même
Avec des marqueurs biologiques
La triche génétiquement modifiée
Pratiquement impossible à déceler
Ou tant d'années après
Tout résultat de compétition est donc mauvais
Dix années d'attendre pour le vrai
Dopage de la compétition
Compétition du dopage
En sport ou autre, une seule et même cage !
Et du capital, partout proclamé
L'on ne peut aucunement s'évader
Ou alors tout est à dynamiter
Le capital, tous les jours se fait respirer
Des gaz lacrymogènes, une plus grande subtilité
Comme dans une manifestation interdite
Aux forces du capital, des armes inédites
En France, si peu, cela étonne
Environ 11000 personnes
Disparaissent involontairement
Disparaissent volontairement
Certes, c'est complètement différent
Et c'est donc tous les ans
Du capital, l'on ne s'exile jamais, nonobstant
Du changer de vie à l'enlèvement
Tout y est, de toutes façons, du souci permanent
La prison du capital
Le capital de la prison
La prison pas seulement pénitentiaire
La prison est partout sur notre planète Terre
En moi, en toi, en lui, en elle, dans nos esprits
De la propriété, de la compétition, de la mesquinerie
Le capital est une boîte de conserve
Et des matons et des matonnes qui nous observent
Des complicités directes ou indirectes qui les servent
Police, armée, vigiles, avec l'uniforme
Police, armée, vigiles, sans l'uniforme
Le reniement de la vie comme seule norme !
Aucune issue de secours
Pas le moindre chemin, pas le moindre bourg
Pour ceux et celles qui aiment marcher
La randonnée, pour un peu, croire tout oublier
En 1947
100 km de chemins de petites et grandes randonnées
En 2016
300.000 km de chemins de petites et grandes randonnées
Le capital a ses bouées
Du lest, il sait à petites doses, lâcher
Il faudrait un ouragan géant
Pas climatique, mais psychologique
La pression qui chute
La condition physiologique qui mute
L'ouragan mental qui nous percute
Plus aucune barrière
Plus aucune frontière
Tout est si vide
Tout est si livide
Tous nos biens qui ne sont rien
Tous nos liens qui ne sont rien
Le capitalisme est un grand vide
Le capitalisme est un grand bide !
Technocrates et bureaucrates
Sont chez eux et chez elles, partout dans ce monde
Car c'est là leur monde
Ainsi, nous nageons chaque jour dans l'immonde
C'est comme les ambassades
Chaque copinage y a son grade
Chaque ambassade est un petit gouvernement
Et la France avec 89 consuls et 181 ambassadeurs
Médaille de bronze, toujours à l'heure
Et aussi avec un tas d'agents
Pour représenter ainsi le gouvernement
Madagascar, Mexique, Russie
Côte d'Ivoire, Corée du Sud, Maroc
Par dizaines et parfois par centaines
De la France, dissimuler les fredaines
Et 129.000 euros par fonctionnaire expatrié
Avec l'indemnité de résidence, c'est bien payé
L'ambassadeur, lui, environ 15.000 euros par mois
Selon les pays, c'est bien étudié, ma foi
La loi de la diplomatie
La loi de l'économie
Pas seulement du Quai d'Orsay
Car, partout et en tout, aussi, le compte y est
Le capital est une torture, un permanent forfait
En 1843, en Chine, la diplomatie du capital, déjà, commençait !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Addiction to sex?
Deprivation is vexed!
Where is that when
How, with whom, that's it
It must be expensive
Any addiction paying
Professional women as benchmarks
It's like with gambling
But if everything was done for free
No more addiction, that would be funny
And very heartbreaking
For our trading system
This is the opportunity that makes the thief
And without a partner, no occasion
How it's each and every one for his apple
The addiction to sex, really, it surprises
Moreover, the woman rarely taking the first step
Because in the bourgeois society it is not done
Where is that when
How, with whom, that's it
From the trickery of the bourgeoisies
Some cases do not make a generality, it says
Sexuality would be fulfilled only in anarchy!
It goes for sex
Even if it hurts us
As for the rest
Nothing is free
By the money, everything is out of balance
All is only the expression of capital
Of all things, it's a horrible carnival
The corporatism of social protest
Can only strengthen the capital
Certainly
I am not a shock activist
Militant conformism, of me, makes fun of
I am suspicious of any alienation, and toc
Of all dogmatism and its charms
And then, I'm kind of lonely
I walk with fire (1806 - 1856) Max Stirner
The capital
Is like a vibratory mechanism
From the technology in the laboratory
Soil modification to see
In the realm of illusory
Capital is all power
It's in our heads that everything has to change
And do not take anything seriously
In the capital, everything is shitty, everything is smoky!
If the job is the best font
The commodity is embodied in any font
Labor police, police work
Football is also in the running
Sports, the first of the accomplices
All this reinforces the dictatorships
Distractions while being tortured
Each country and its cases
Yesterday Today Tomorrow
It's always the same refrain
No need for names and dates
It's always the same card!
The capital is especially vicious
He enjoys his litigation
He could not live without them
He is doping
Of all doping
It is he who recruits the crew
In sports, doping products
From amateur sport to professional sports, it's amazing
30 billion euros in turnover
And a whole criminal organization that encloses it
So every year
There are only mafias
In all areas, organizing capital, this is it
same
With the biological passports
same
With biological markers
Genetically modified cheats
Almost impossible to detect
Or so many years later
Any competition result is therefore bad
Ten years of waiting for the real
Doping of the competition
Doping competition
In sport or other, one and the same cage!
And capital, everywhere proclaimed
We can not escape
Or everything is to blast
The capital, every day is made to breathe
Tear gas, greater subtlety
As in a prohibited event
To the forces of capital, unpublished weapons
In France, so little, it surprises
About 11000 people
Go involuntarily
Go voluntarily
True, it's completely different
And so it's every year
Capital, one never exiles, notwithstanding
From change of life to abduction
Everything is, in any case, a permanent concern
Capital prison
The capital of the prison
Prison not only penitentiary
Prison is everywhere on our planet Earth
In me, in you, in him, in her, in our minds
Property, competition, pettiness
The capital is a tin can
And mates and mates watching us
Direct or indirect complicities that serve them
Police, army, vigils, with uniform
Police, army, vigils, without the uniform
The denial of life as the only standard!
No emergency exit
Not a single path, not a single village
For those who like to walk
The hike, for a bit, believe everything forget
In 1947
100 km of paths of small and big excursions
In 2016
300,000 km of small and large hiking trails
Capital has its buoys
Ballast, he knows in small doses, let go
It would take a giant hurricane
Not climatic, but psychological
The falling pressure
The physiological condition that mutates
The mental hurricane that hits us
No more barriers
No more borders
Everything is so empty
Everything is so livid
All our goods that are nothing
All our links that are nothing
Capitalism is a big void
Capitalism is a big flop!
Technocrats and bureaucrats
At home and at home, everywhere in this world
Because this is their world
So, we swim every day in the filthy
It's like embassies
Every crony has its grade
Each embassy is a small government
And France with 89 consuls and 181 ambassadors
Bronze medal, always on time
And also with a bunch of agents
To represent the government
Madagascar, Mexico, Russia
Ivory Coast, South Korea, Morocco
By tens and sometimes by the hundreds
From France, hide the fredaines
And 129,000 euros per expatriate employee
With the residence allowance, it is well paid
The ambassador, him, about 15.000 euros per month
Depending on the country, it is well studied, my faith
The law of diplomacy
The law of economics
Not only the Quai d'Orsay
Because, everywhere and in all, too, the account is there
The capital is a torture, a permanent fixed price
In 1843, in China, the diplomacy of capital was already beginning!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"