Ainsi
Le sportif professionnel est un produit
Variable d'ajustement aux multinationales
Un indispensable rouage du capital
Du pain et des jeux
Pour éteindre tous les feux
Mais pour être au top-niveau
Grande souffrance pour être le plus beau
Mais pour se fabriquer comme des ailes
Grande souffrance pour être la plus belle
Le monde du sport professionnel
Tant de corps meurtris
Tant de corps détruits
Et ce dans tous les pays
Tant de corps déformés ou transformés
Cela est trop vite scotomisé
Le sportif professionnel
Le plus souvent, doit se doper
Le sportif professionnel
Le plus souvent, n'est jamais en bonne santé
En Amérique du Nord
Le football américain, roi du sport
Des milliers d'impacts, personne ne s'en sort
Et une espérance de vie
52 à 63 ans, mais oui
Le cerveau qui perd des cellules
Le football américain, c'est vraiment nul
Et ce que l'on ne dit jamais
C'est que le sport professionnel, c'est mauvais
Suicides, dépressions, handicaps divers, ce sont des faits !
Et à propos de santé mentale
Avec la précarité, cela va bien, et donc, cela va mal
Précarité, exclusion, dépression, la maladie mentale
C'est pour tous et toutes, la loi du capital
Par exemple
Sur 10.000 sans domicile fixe à Paris
Un grand pourcentage relève de la psychiatrie
Car, la misère rend fou
N'importe qui, n'importe où
Car, la misère rend folle
N'importe quelle femme, elle l'enrôle
Comme pour les hommes détenus
Comme pour les femmes détenues
Dans les prisons de tous pays, et surtout françaises
Où seule l'inhumanité est à son aise
Au moins cinq mille psychotiques
Et grande proportion de troubles psychiatriques
Tout ceci
Entretenu par la détention et les médicaments
Tout ceci
Entretenu par la précarité et l'isolement
Et sur dix maladies inhérentes au capital
Cinq parmi les plus incapacitantes, sont des maladies mentales
Une personne sur quatre, au moins
Souffrira de troubles mentaux, même plus, demain
Car le capital est la pire des saloperies
Car le capital est la pire des folies
Feu sur lui, une balle et une rafale
Et encore de la sismographie, les électrochocs, aujourd'hui
Aux urgences psychiatriques du centre hospitalier de Sainte-Anne, à Paris
C'est onze mille cas par an
Et six fois plus de l'état de dépression qu'il y a huit ans !
En France, avec les restrictions budgétaires
Sauf pour le tout réactionnaire
Quarante mille lits en moins
En psychiatrie, cela fait du vilain
Vingt mille postes d'infirmiers supprimés
Pour construire des prisons, le capital préfère dépenser
C'est bien le capital qui est fou à lier
Le capitalisme rend dingue et malade, il faut le supprimer
Chaque être humain
Doit donc se déconditionner
Chaque être humain
Doit donc se reprogrammer
Pour en finir avec toute prison
Pour en finir avec toute punition
Pour en finir avec toute propriété
Pour en finir avec toute compétitivité
Pour en finir avec toute armée
Pour en finir avec toute police
Du capital et de ses milices
Bref, avec toute inhumanité
Un autre monde, il faut imaginer
Le capital ne sait que déshumaniser
Ne sait qu'avilir ou punir, rabaisser
De la répression permanente, un grand délire
Cela ne peut jamais finir
Production en masse de chômage
Donc pas d'argent pour vivre, l'âme en rage
500.000 morts et mortes par cancer, de plus
Pour le monde entier, drôle de bonus
Le capital casse les corps et les esprits
Au capital, riches et pauvres sont soumis !
Car
Il faut payer son loyer
Il faut payer son gaz et son électricité
Il faut avoir une carte d'identité
Il faut avoir un métier
Il faut aller à l'école, au lycée, à l'université
Il faut suivre son chemin tout tracé
Se marier, divorcer, signer des papiers
Tout ce qui entretient le capital
Le travail étant son vecteur principal
Le capital, de tout, fait son carnaval
Mais de ce fait, aussi
Contre le capital, aucune quelconquerie
Pas besoin d'une nouvelle hiérarchie
De la vitrine de banque brisée, c'est fatal
Qui symboliquement, au capital, fait mal
Dans un monde aussi terrifiant
La vie est une peine de mort, c'est évident
Là au niveau psychologique
Ailleurs au niveau physique
En 2015
Iran : 977 Pakistan : 320 Arabie Saoudite : 158
Chine : 1000, mais la peine de mort y est un secret d'Etat
De la peine de mort politique, voilà
Car tout étant politique
Toute peine est politique, toute condamnation est politique
Et la fausse vie est une mort psychologique
Le monde du capital est sadique !
Et en France
Avec un gouvernement de démence
Le parti national socialiste français
Des représentants et représentantes du capital, des déchets
Bientôt, c'est presque officiel
Interdiction de manifester, le fascisme s'en mêle
Pourtant
Depuis le décret de 1935
Une manifestation est autorisée
Si de 3 à 15 jours avant, elle est déclarée
Certes
Avec les noms et l'adresse des organisateurs
L'itinéraire, le but, l'heure
7500 euros d'amende, sinon
Six mois de prison, sinon
Le capital
N'aime pas qu'on le conteste
Le capital
N'aime pas que l'on proteste
En vérité
Tout gouvernement étant plus ou moins fasciste
Forcément car cela rime avec nationaliste
Manifestement ou subtilement, toute manif est interdite
Plus que jamais, des gifles, le capital, mérite
Raison de plus pour bloquer, faire grève, manifester
Raison de plus pour s'indigner
19 août 1955
Jean Rigollet, ouvrier maçon, d'une balle dans la tête, tué
Nantes, par un CRS, cours des 50 otages, on l'a oublié
Et c'est sans cesse, que le policier, peut mutiler ou tuer !
Le capital
Produit de la guerre, produit de l'inhumanité
Tout y est faussement humanisé
Alors même que l'air des villes
Devenu irrespirable est une surmortalité en file
En Italie, en prison, à Turin
Pour les mères, cela peut paraître bien
Elles peuvent garder leurs enfants jusqu'à l'âge de trois ans
Mais la prison est une horreur, aussi pour les enfants
Encore une fausse humanité
Bref, étatique ou privé
Le capital sait bien nous assassiner
Le capital sait bien nous suicider
Des dépressions, diverses maladies, des vies gâchées
C'est d'une incroyable monstruosité
Mais la propagande capitaliste fait tout accepter
Toute célébrité y est en grande complicité
Pour le capital, ne jamais le dénoncer
C'est le Renaud, devenu complètement idiot
Ami du capital est toute vedette spectaculaire, confortant le faux
Comme aussi bien des milliardaires, joueurs de football
En culotte courte, se donnant le beau rôle
Et plus les salaires sont élevés
C'est donc que du capital, ils ont mérité
Le bon peuple, sachant bien l'hypnotiser
Mais pour toutes les professions, au salaire très élevé
C'est un même procédé qu'on peut généraliser
En 1998, les agents du capital, joueurs de l'équipe de France
Coupe du monde de football, justement en France
Furent plus que dopés
Comme des mulets, bien chargés
Chaque match, pour des joueurs trafiqués
Et les résultats prouvant ce dopage
Furent bien sûr détruits, l'Etat français mit tout en cage
En finale, des joueurs volontairement maladroits
Pour que pas trop, cela ne se voit
Sinon, France 10, Brésil 0
Et tout sport professionnel est à l'avenant
C'est là le sport du capital, c'est édifiant
Le sport du capital, le capital du sport
Le travail du capital, le capital du travail
Le capital du sexe, le sexe du capital
Tout se nourrit du capital
Tout est produit par le capital
Toute fausse critique renforce le capital
Et c'est là une spirale infernale !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

So
The professional athlete is a product
Adjustment variable to multinationals
An indispensable capital cog
Bread and games
To extinguish all fires
But to be at the top level
Great suffering to be the most beautiful
But to be made like wings
Great suffering to be the most beautiful
The world of professional sports
So many bruised bodies
So many bodies destroyed
And this in all countries
So many deformed or transformed bodies
This is too quickly scotomized
The professional athlete
Most often, must dope
The professional athlete
Most often, is never healthy
In North America
American football, king of sport
Thousands of impacts, nobody gets away
And a life expectancy
52 to 63 years old, but yes
The brain that loses cells
American football is really bad
And what we never say
It's that professional sport is bad
Suicides, depressions, various handicaps, these are facts!
And about mental health
With precariousness, it's going well, and so, it's going badly
Precariousness, exclusion, depression, mental illness
It is for all, the law of capital
for example
10,000 homeless in Paris
A large percentage comes from psychiatry
Because, misery makes you crazy
Anyone, anywhere
Because, misery makes crazy
Any woman, she enlists him
As for male detainees
As for women in prison
In prisons of all countries, especially French
Where only inhumanity is at ease
At least five thousand psychotics
And large proportion of psychiatric disorders
All this
Maintained by detention and drugs
All this
Maintained by precariousness and isolation
And on ten diseases inherent in capital
Five of the most incapacitating, are mental illnesses
One in four, at least
Will suffer from mental disorders, even more, tomorrow
Because capital is the worst crap
Because capital is the worst of madness
Fire on him, a bullet and a burst
And still seismography, electroshock, today
In the psychiatric emergencies of the Sainte-Anne hospital in Paris
That's eleven thousand cases a year
And six times more of the state of depression than eight years ago!
In France, with budget restrictions
Except for the all reactionary
Forty thousand fewer beds
In psychiatry, this is naughty
Twenty thousand nursing posts removed
To build prisons, capital prefers to spend
This is the capital that is crazy to link
Capitalism makes you crazy and sick, you have to suppress it
Every human being
Must be deconditioned
Every human being
Must reprogram itself
To put an end to any prison
To put an end to any punishment
To finish with any property
To put an end to any competitiveness
To finish with any army
To finish with any font
Capital and its militia
In short, with all inhumanity
Another world, you have to imagine
Capital only knows how to dehumanize
Do not know how to weaken or punish, belittle
Permanent repression, a great delusion
It can never end
Mass production of unemployment
So no money to live, the soul in rage
500,000 dead and died of cancer, more
For the whole world, funny bonus
Capital breaks bodies and minds
In capital, rich and poor are subject!
Because
You have to pay your rent
You have to pay for gas and electricity
You must have an identity card
You have to have a job
You have to go to school, high school, university
You have to follow his path
To get married, to divorce, to sign papers
All that maintains the capital
Work being its main vector
Capital, everything, makes its carnival
But because of this, too
Against capital, no unspecified
No need for a new hierarchy
Broken bank window is fatal
Who symbolically, to capital, hurts
In a world so terrifying
Life is a death sentence, it's obvious
There at the psychological level
Elsewhere at the physical level
In 2015
Iran: 977 Pakistan: 320 Saudi Arabia: 158
China: 1000, but the death penalty is a state secret
From the political death penalty, that's it
Because everything being political
Any punishment is political, any conviction is political
And false life is a psychological death
The world of capital is sadistic!
And in France
With a government of dementia
The French National Socialist Party
Representatives of capital, waste
Soon, it's almost official
Prohibition to demonstrate, fascism gets involved
However
Since the decree of 1935
An event is allowed
If from 3 to 15 days before, it is declared
Certainly
With the names and address of the organizers
The route, the goal, the time
7500 euros fine, otherwise
Six months in prison, otherwise
The capital
Do not like being challenged
The capital
Do not like that we protest
In truth
Any government being more or less fascist
Of course because it rhymes with nationalist
Obviously or subtly, any demonstration is forbidden
More than ever, slaps, capital, deserves
All the more reason to block, to strike, to protest
All the more reason to be indignant
August 19, 1955
Jean Rigollet, construction worker, shot in the head, killed
Nantes, by a CRS, course of 50 hostages, we forgot
And it's constantly, that the policeman, can mutilate or kill!
The capital
Product of war, product of inhumanity
Everything is falsely humanized
Even as the air of the cities
Becoming unresponsible is an excess mortality in line
In Italy, in prison, in Turin
For mothers, it may look good
They can keep their children until the age of three
But prison is a horror, also for children
Another false humanity
In short, state or private
Capital knows how to assassinate us
Capital knows how to commit suicide
Depression, various diseases, wasted lives
It's an incredible monstrosity
But capitalist propaganda does accept everything
Every celebrity is in great complicity
For capital, never denounce it
It's the Renaud, become completely stupid
Friend of capital is all spectacular star, comforting the fake
As well as billionaires, football players
In short panties, giving herself the beautiful role
And higher wages are high
So that's capital, they deserved
The good people, knowing how to hypnotize them
But for all professions, at very high wages
It's the same process that can be generalized
In 1998, the agents of the capital, players of the team of France
Football World Cup, precisely in France
Were more than doped
Like mules, well loaded
Each match, for trafficked players
And the results proving this doping
Were of course destroyed, the French state put everything in cages
In the final, players deliberately clumsy
For that not too much, this is not seen
Otherwise, France 10, Brazil 0
And any professional sport is to match
This is the sport of capital, it is edifying
The sport of capital, the capital of sport
The work of capital, the capital of labor
Capital of sex, sex of capital
Everything feeds on capital
Everything is produced by capital
Any false criticism reinforces the capital
And this is an infernal spiral!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouete, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"